Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

aperitif-japonais.JPGSancerre. Vous dire qu'on s'est régalés vendredi soir, à la Maison des Sancerre, pour la seconde édition de l’Apéritif à la japonaise, organisé  au profit de Tomodachi Solidarité. Une association créée à l'iinitiative de Juli Roumet, avec la chef Junko Ueda et Benoît Roumet , le directeur du Bureau interprofessionnel des vins du Centre-Loire, pour rapprocher les vignerons d'ici des producteurs de saké, victime du tsunami.

Junko Ueda, chef réputée au pays du Soleil Levant, auteure d'une douzaine de livres de cuisine, chroniqueuse pour des chaînes de télévision, a dorénavant un pied bien ancré sur le Piton. Elle avait déjà préparé le buffet de la soirée nippone organisée au Salon des vins de Loire d'Angers; elle vient de créer plusieurs recettes en accord avec les vins du Centre-Loire, qui feront l'objet d'un petit fascicule édité par le BIVC. Reste à ouvrir un restaurant japonais au milieu des vignes...

En attendant, Junko avait concocté vendredi soir un buffet magnifique, installé dans les étages de la Maison des Sancerre, faute de pouvoir profiter de la terrasse... Légumes dans tous leurs états au premier, viande au second, dont un sublime travers de porc sauce sucrée, une soupe miso-saké, du bœuf yakitori, des brochettes panées... Le tout arrosé des vins du Centre apportés par les vignerons partenaires de l'opération.

Mais le clou de la soirée consistait bien évidemment dans une dégustation de saké, en provenance direct du Japon, appréciés non seulement à l'apéritif mais aussi et surtout en accord, sublime, avec les crottins de Chavignol, accord qui surprit plus d'un vigneron... 

Cinq sakés très différents, tout en délicatesse, déclinant des arômes fruités, floraux, de levain, de poussière de céréales, de fumé... Contrairement à ce que j'ai parfois entendu dans les conversations, le saké n'est pas un alcool issu d'une distillation mais bien une sorte de bière de riz (nihonshu). Sa qualité et son goût dépendent donc pour beaucoup du polissage du riz, de la qualité de l'eau et du savoir-faire du maître brasseur.

Je vais, de ce pas, regoûter le saké qui se trouve dans mon frigo... Arigatô pour cette belle soirée. Et à l'année prochaine, non ?

 

PS. Pour tous ceux qui s'intéressent à la boisson japonaise, je signale que le Salon du saké se tiendra fin juin à Paris. Voici le lien pour en savoir plus : sake tasting

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article