Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Vincent, Pressac et ... Reynaud, en rosé et en petites lampées !

BOURGES. C'est un gris ! Issu du pinot de la même couleur. Il est de Reuilly. Ce terroir lui va bien. Qui n'a jamais mis sur sa table un gris de Reuilly, ce « rosé de pressoir, tendre et délicat », comme l'a un jour écrit une sommité du Mondovino,  n'est pas vraiment fréquentable, voilà ... Quasiment tous les domaines  de cette petite appellation, une quarantaine de viticulteurs, proposent du gris de Reuilly. Goûtez, comparez, faites votre choix... pour un été tout en rosé !  

Pour ces petites lampées, nous avons ouvert, à l'heure de l'apéritif, autour de la table en bois des marais, ce flacon produit par le Domaine Vincent, à Lazenay. Le père, Jacques, toujours aux commandes, est épaulé depuis plusieurs années par le fils, Pierre. 

Le millésime 2021 est très différent des précédents. Année très chaude oblige, le 2020 était doté d'une colonne vertébrale puissante, titrant 13,8 degrés contre 12,8 degrés pour celui-ci, plus en finesse, plus vif, tout en dentelles... Derrière une robe très pâle, aux reflets or rose, on découvrira des arômes floraux et d'herbe fraîche, avant quelques notes de fruits jaunes très discrets et une élégante finale, sur une agréable amertume qui donne envie de remplir à nouveau le verre. Ce gris-là tiendra la route, n'en pas douter. Si vous ne buvez pas tout cet été, encavez quelques bouteilles pour regoûter ce 2021 dans deux ou trois ans... Bonheur assuré. 9 euros la bouteille au domaine. 

Vincent, Pressac et ... Reynaud, en rosé et en petites lampées !

- Retour sur un autre rosé, celui de Château Pressac que j'avais rapidement évoqué dans une précédente chronique après un déjeuner à Paris, à la table de l'Atelier Robuchon. Son nom de baptême, la Rosée, est déjà une invitation à partager un moment de fraîcheur... Quand on demande à Jean-François Quenin, le propriétaire du domaine, la composition de l'assemblage de ce 2020, il répond « un peu de tout », comprenez du merlot, du malbec, des cabernets...  Insistant surtout sur l'élevage, de trois à quatre mois, en fûts d'acacia de cinq cent litres, de ce rosé de saignée ... et de gastronomie. Robe lumineuse, nez épatant, à la fois floral et fruité, aérien. Bouche croquante et ronde, finale très fraîche et longue. 15 euros au domaine... mais peu de bouteilles à la vente ! 

Vincent, Pressac et ... Reynaud, en rosé et en petites lampées !

- Changement de région et de registre avec cette cuvée Parisy, un vin de table 2017 signé par Emmanuel Reynaud, l'heureux propriétaire des Châteaux Rayas, des Tours et Fonsalette. Ouvert par un ami (très) fou de vin, à l'heure de l'apéritif, autour d'un saumon mariné et confit, en attendant le gigot de sept heures et le ... rayas 2007. 

Ce Parisy, assemblage de grenache et de cinsault, vinifié au Château des Tours, séduira les amateurs de vin... nature ! La robe, foncée, virant à l'orange, cache un premier nez immense,  « une bombe ! », prune, noyau, avant des effluves de fraises écrasées. Lesquelles reviennent en bouche, riche et volumineuse, avant que ne débarquent, dans un joyeux charivari, des notes de fruits à l'eau de vie qui enveloppent longtemps le palais...Ne pas proposer aux amateurs de rosés ... dilués, ce serait gâcher. 

Un mot pour finir sur le rayas 2007, vin et millésime très recherchés ... d'où les prix extravagants que l'on trouve sur les sites spécialisés. Pour vous dire que ce vin, du grenache pour 98%, longuement élevé en fûts de chêne, ne nous a pas fait sauter au plafond ! Sommes-nous iconoclastes ? Une robe légèrement tuilée, un nez très puissant, du pruneau cuit, de la cerise noire à l'alcool, des notes terreuses, un brin de garrigue... on pourrait faire un inventaire à la Prévert, tant le nez est riche et complexe. Tanins fins et bien en place, remarquable acidité vu l'âge... Et beaucoup de caudalies ! Certes, mais voilà... on a déjà été plus emballés ! 

Les petites lampées reviennent bientôt...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article