Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Constance Allard, devenue folle à Maury, se souvient d'un fixin de Pierre Naigeon ...

CONSTANCE ALLARD. Elle travaille depuis quelques mois seulement dans les relations publiques pour différents portefeuilles vin : syndicat de vignerons champenois, Salon des vins septentrionaux*, syndicat des vins de Porto, etc.  « Accro de rando, fanatique de la France, de ses paysages variés, de ses habitants et de sa culture, je suis évidemment passionnée de vin, .déclare-t-elle. Le vin a ce côté magique de me donner l’impression que je n’aurais jamais fini d’apprendre. J’aime parler avec des "fous de vin"  comme moi, et transmettre ma passion à ceux qui débutent. Mon truc ? Dénicher des petites pépites, déguster, et, surtout, travailler dans les vignes.» Ses réponses... 

- Le déclic ? Le premier verre ? Le déclic ? C’est très simple : je suivais tous les mois des séances d’initiation à la dégustation dans une société où j’étais stagiaire. L’animatrice m’a très vite convaincue par sa passion. J’ai voulu en savoir plus et comprendre pourquoi le vin avait tel goût, telle couleur, tels arômes. Elle m’a emmenée tailler ses vignes à Maury (Pyrénées Orientales), au pied des châteaux cathares, en plein mois de février. Il faisait froid, il pleuvait, il ventait... Mais c’était magique ! Je suis rentrée chez moi en me disant "C’est ça que je veux : travailler dans le domaine du vin". Depuis, je continue de travailler dans les vignes dès que le temps me le permet.

- Le premier verre ? Un fixin 2005 de Pierre Naigeon dégusté aux Climats (restaurant parisien consacré aux vins bourguignons). C’est sûrement la première fois que je me suis dit qu’un vin méritait que l’on s’y attarde pour l’apprécier à sa juste valeur. Mais j’ai des souvenirs de vins stupéfiants dont les arômes, et, surtout les sensations en bouche, sont nettement plus précis. Il s’agit d’un Yquem 1997, du châteauneuf-du-pape du Clos Saint-Jean (2005), ou encore La Doriane 2016 de Guigal

- Une devise ? Depuis que je suis petite je me répète "Quand on veut, on peut". Jusque-là cette devise ne m’a jamais fait défaut !

- Le meilleur souvenir de dégustation ? Il y en a tant... ! Mais je pense que la plus marquante (et la plus récente) est celle des vins d’André Ostertag. C’était un moment unique : deux heures à écouter parler cet homme artiste, poétique et talentueux. Chaque vin goûté était une pure merveille, à commencer par son sylvaner. Les blancs, les rouges... Tous sont empreints de finesse, de justesse et de précision. "Je ne fais pas des vins de nez, nous disait-il, le nez ne m’intéresse pas. Je fais des vins de bouche". Rien de plus vrai. 

- Cave ou armoire? Combien de bouteilles ? Cave ! J’ai la chance d’avoir une grande et belle cave où je laisse reposer une bonne centaine de bouteilles, la plupart achetées chez iDealwine pour qui j’ai travaillé il y a encore quelques mois. La tentation était grande : j’écrivais des articles sur les domaines et sur les vins en vente... je finissais par vouloir tous les tester ! 

- Les trois coups de cœur du moment ?

. Blanc : condrieu La Doriane 2016 de Guigal. Je l’ai découvert lors d’une dégustation organisée par iDealwine au Grand Tasting. Je pensais qu’il serait trop jeune pour être pleinement apprécié... Quelle surprise ! Quelle puissance aromatique ! Quelles saveurs ! J’ai craqué, j’en ai acheté.

. Blanc : Muscat Bergheim de Marcel Deiss. J’ai toujours admiré Marcel Deiss et son approche des cépages. Ce vin est une très belle introduction à sa gamme, séduisant de souplesse et de fraîcheur. Un vigneron me disait :" On ne peut aimer les grands vins si on ne sait pas apprécier les petits vins". Je suis complètement d’accord, et cela se vérifie ici.

. Rouge : Pinot Noir Fronholz 2016 d’André Ostertag. Les gens ne le savent pas ou peu, mais l’Alsace est un royaume pour le pinot noir ! Celui-ci est d’une douceur et d’un soyeux remarquables ! Une couleur et des arômes envoutants... impossible de refuser un second verre !

VinoVision, le Salon des vins septentrionaux, se déroule du 12 au 14 février, à Paris Expo porte de Versailles. 

 

 

Constance Allard, devenue folle à Maury, se souvient d'un fixin de Pierre Naigeon ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Cette charmante Dame a vraiment bon goût,elle a cité Mr Ostertag alors c'est tout dire.Toujours sympa de lire les autres Fous....et Folles.
Répondre
C
Cette charmante dame est très flattée de ce gentil commentaire ! Je vous remercie.
A
Merci d'être fidèle aux Fous de vin. Si, autour de vous il y a des candidats au questionnaire, je suis preneur. Cordialement.