Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Les petites lampées vont chanter tout l'été comme la Grive rose ...

FEUILLETON ROSÉ/Épisode 1. Neuf millions d'hectolitres consommés par les Français en 2013 ! Et tous les professionnels s'accordent pour annoncer que la consommation du rosé va encore augmenter dans les années à venir. Selon l'étude de FranceAgriMer, les Français sont les premiers consommateurs de vin rosé, devant les États-Unis et l'Allemagne. Et, en France, les habitants des Pays de la Loire se classent en tête des amateurs de rosé. Près de la moitié (43,5%) de la population de la région déclarant en consommer au moins une fois par semaine. La région Midi-Pyrénées (42,4% ) et le Languedoc-Roussillon prennent respectivement la deuxième et troisième place. Grands amateurs de rosé, les Français en sont aussi les premiers producteurs devant l'Italie et l'Espagne. La production mondiale est estimée à 23,8 millions d'hectolitres en 2013. La France en a produit à elle seule 7,5 millions en 2014 et est donc dans l'obligation d'importer... Qui parlait il y a quelques années de succès éphémère ? Pan sur le bec, donc, de tous ceux qui annonçaient une mode, une passade ... Le rosé est dans l'air du temps et presque tout le monde s'y met. Tout n'est pas bon ? Certes. Mais le rosé est bien un vin et pendant tout cet été, qui commence tôt, les petites lampées vont vous en faire découvrir ...

Les petites lampées vont chanter tout l'été comme la Grive rose ...

- La Grive rose by Chantegrive ! Et on commence ce feuilleton par un rosé de Bordeaux, une nouveauté, une création signée Château de Chantegrive, dans les Graves. « C'est une belle idée de l'œnologue de l'époque, explique Marie-Hélène Lévêque. On a voulu faire un rosé de pressurage, On a ramassé et pressé rapidement pour avoir une robe claire et élégante.». Nous sommes sur un assemblage de merlot (80%) et de cabernet franc (20%). La mise en bouteille (12.000 flacons) a été effectuée en décembre. Encore un peu perlant, nez floral, aérien en bouche, sur des notes de framboises blanches, de fraises, cette Grive se révèle désaltérante, aromatique et revigorante. Pour 7/8 euros, du peps qui va enchanter l'été ...

La présentation de cette nouvelle cuvée, qui ne sera pas éphémère, a été l'occasion de regoûter les vins de Chantegrive autour d'un menu préparé par José Manuel Miguel, le chef du Goust, le beau restaurant d'Enrico Bernardo, Meilleur Sommelier du Monde 2004. Purée de céleri et scamorza, gelée de fruits et son curable, pour escorter les 2014, dont la Cuvée Caroline en plein éveil. La même, en 2007, vanillée, exotique, un peu sur la cire, canaille, pour le tartare de thon rouge à la sphère de mangue et mayonnaise de wasabi, un joli plat. Des rouges ensuite, sur la délicate côte de cochon ibérique rôtie à la fondue d'échalotes, sauce moutarde à l'ancienne. Un 2012, encore dans sa jeunesse, un 2011 sérieux, un 2010 superbe sur des notes giboyeuses et de sous-bois et un remarquable 2005, complexe, encore plein de jus. Enfin, pour le vacherin aux fruits rouges et chantilly à la violette, glace au thé de Ceylan, nous sommes évidemment revenus sur la Grive rose by Chantegrive... Mariage grande classe !

Les petites lampées vont chanter tout l'été comme la Grive rose ...

- Le Rosé de Bonnet . Encore un rosé de Bordeaux avec celui de Château Bonnet, une des nombreuses propriétés de l'emblématique André Lurton. Là encore un assemblage de merlot et de cabernet franc, à parts égales, en pressurage direct, pour une robe très pâle aux reflets d'argent. Nez tout en finesse, fleurs et fruits blancs. Bouche ample, agrumes, pêche de vigne et une légère amertume rafraîchissante en fin de bouche. Bouteille à vis, nouvelle étiquette. 8 euros de plaisir. On a osé un joli plateau de fromages, ben oui... Mais c'est vous qui voyez !

Les petites lampées vont chanter tout l'été comme la Grive rose ...

- Le Nino du Clos. On termine ce premier épisode par une escale dans le Languedoc, avec le Nino, deuxième édition, du Clos des Nines, dix hectares de vignes et d'oliviers entre Sète et Montpellier, propriété d'Isabelle Mangeart. Un rosé bio de pressurage, assemblage de cinsault (80%) et de grenache. Robe or rose soutenue, nez un peu sur la grenadine, bouche très fruitée, framboise et petites baies du jardin, jolie mâche et finale désaltérante. Parfait avec une terrine maison et un joli pain de campagne... 8 euros, là encore. Existe aussi en magnum.

Les petites lampées (de rosé) reviennent bientôt...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article