Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Pas de télétravail ici, mais des téléapéros en petites lampées ...

BOURGES. Confinez-vous ! Confinés nous sommes... Mais hors de question de se laisser abattre. Samedi soir, nous avons donc organisé un téléapéro, chacun chez soi, en famille, avec sa petite boutanche, ses cahuètes, son chorizo ou son saucisson et ... ses enfants - pour ceux qui en ont ! Voilà, on a pas mal papoté, même si ce n'est pas toujours évident de se comprendre dans ce brouhaha, on s'est raconté deux ou trois conneries, histoire de garder le sourire, et, bien évidemment, on a trinqué à distance à la prochaine fiesta qu'on ne manquera pas de faire dès la fin du confinement... Bon, ici, on a donc trinqué rosé, histoire de se dire qu'on va vers l'été, les cerisiers sont en fleur, avec cet AOC Côtes-de-Provence 2019 des Maîtres Vignerons de Saint-Tropez,  la cuvée Gold, ainsi nommée en référence aux trois terroirs, Cuers et ses schistes, Pierrefeu et ses argiles rouges, Puget et ses gravoches. Un assemblage de grenache et de cinsault pour un vin ... estival, de gastronomie, doté d'une magnifique robe brillante, d'un nez tout en délicatesse, fruité, un peu pomelo et un brin floral, la bouche n'étant pas en reste, agrumes, fruits blancs et finale persistante comme les stridulations des cigales avant ... confinement ! Dans les 15 euros. 

Pas de télétravail ici, mais des téléapéros en petites lampées ...

- Le téléapéro ayant duré un bon moment, la Gold n'a pas attendu le repas légumier... On a donc ouvert une autre bouteille, toujours des Vignerons de Saint-Tropez, le Rosé... Bleu !  Kesako ? Regardez la vidéo... « Avec le Rosé bleu, nous soutenons Plastic Océans International,  dont l'action vise à sauvegarder nos mers et océans sur toute la planète, expliquent les Vignerons de Saint-Tropez, dont l'engagement est 001 for 100 : pour une bouteille de Rosé bleu produite, nous empêchons cent bouteille plastique d'atteindre les océans. » Comment ? « La recette des ventes est reversée pour le nettoyage des plages et la mise en œuvre de projets d'éducation à la préservation des océans » expliquent-ils. La bouteille est en verre allégé, l'étiquette réalisée en papier recyclé à base de sucre de canne et de fibres de lin et les capsules entièrement recyclables. Et le vin ? Là encore un assemblage de cinsault et de grenache, à la robe brillante, le nez offrant des effluves de pêche blanche et d'agrumes, que l'on retrouve en bouche sur une belle fraîcheur et une finale légèrement amère. Dans les 9,50 euros.

Pas de télétravail ici, mais des téléapéros en petites lampées ...

- Je vous ai causé l'autre jour d'une dégustation au Domaine des Bouzons, à Sauveterre dans le Gard, avec leur cuvée La Félicitée 2018, un sympathique côtes-du-rhône ouvert autour d'un joli casse-croûte provençal. J'ai aussi rapporté dans ma petite voiture, un carton d'une autre cuvée, la Réserve des Bouzons 2016. Un assemblage de grenache (80%) et de syrah, élevé en barrique de deux vins pendant vingt-deux-mois. Un vin de caractère, rubis, plein de fruits noirs compotés, des cerises à l'eau de vie, un peu de noyau, des notes de grillé, de vanille, des tanins fondus et une bouche bien tapissée avant une finale généreuse. Dans les 15 euros. 

Pas de télétravail ici, mais des téléapéros en petites lampées ...

 - On reste en côtes-du-rhône avec cette cuvée sans sulfites ajoutés 2019 du Domaine Brusset, c'est tout nouveau, ça vient de sortir... Presqu'un primeur ! Le vigneron en dit quoi ?  Qu'il s'agit « d'un assemblage de grenache et de mourvèdre, issus d'un sol argilo-sabloneux très caillouteux, récoltés à la main, éraflés, vinifiés sans levurage dix jours à 22° puis élevé intégralement en cuve ciment .»  Résultat ? Un vin plaisant et gourmand, dans une robe rubis, plein de fruits rouges, avec un côté jus de raisin parfumé d'épices. C'est friand, et croquant, en un mot c'est sympa, par exemple sur une terrine maison et un bon pain de campagne ou un magret de canard aux petits légumes ... Ça coûte 8,50 euros. 

Pas de télétravail ici, mais des téléapéros en petites lampées ...

- Pour terminer, retour près de chez nous, à Pouilly-sur-Loire, avec ce pouilly-fumé, la cuvée Léontine 2014 du Domaine Dagueneau et filles, un flacon ainsi baptisé pour rendre hommage à l'arrière grande-mère des filles en question, Florence et Valérie... Ce « blanc fumé », ni collé, ni filtré, est mis en bouteille après une année d'élevage en fûts de plusieurs vins. Belle robe or, nez puissant, très aromatique, fruits confits, exotiques, des notes d'épice et un soupçon de notes oxydatives qui n'est pas pour me déplaire. La bouche est ronde, grasse et riche, avec une finale ample et très confite... Confite, pas... confinée !

Les petites lampées reviennent bientôt...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article