Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Trois nuances de gris et deux nuances de rouge en petites lampées ...

BOURGES. Asperges et tête de veau dans une belle maison au bord du lac du Der, après une escapade en Champagne... Dans les verres, un gris de Toul de la Maison Lelièvre, une trentaine d'hectares en AOC Côtes de Toul, autour du village de Lucey. Sur l'étiquette, un ... lièvre, pardi ! Le gris de Toul c'est un... blanc de noirs, de pressurage, un assemblage de gamay, très majoritaire, et de pinot noir, entre 5 et 15%. Ici dans le millésime 2016. Robe or gris plus que rose, nez sur les petites baies rouges, la myrtille, la groseille maquereau, escortés de notes florales. La bouche vive, désaltérante, friande et la longueur évoque le berlingot acidulé des foires de notre enfance. 20 euros sur table ... Oui, c'est bien !

Trois nuances de gris et deux nuances de rouge en petites lampées ...

- Des asperges encore, c'est de saison, cette fois poêlées avec de l'huile d'olive, du thym frais et de la ciboulette. Avec un gris des Coteaux du Vendômois*, du Domaine Brazilier. Du pineau d'Aunis, de pressurage direct, à la robe brillante, un peu saumonée. Nez agréable, des fleurs et des fruits blancs, quelques épices. La bouche est vive, belle présence des fruits, longueur sur de légères notes de poivre blanc... Et ça vaut 6 euros. Oui, faire le plein avant les grosses chaleurs ! 

* Les Coteaux du Vendômois ont rejoint Interloire depuis décembre dernier pour la récolte 2017 mais le statut sera totalement finalisé en juillet prochain. Le nom de l'appellation devrait également être changé, dans les mois à venir, Coteaux du Vendômois devenant Vendôme...

Trois nuances de gris et deux nuances de rouge en petites lampées ...

- On reste ans le même registre de couleurs et on y met des bulles !  C'est la cuvée Ballerine de de Gérard Bertrand. Un assemblage de chardonnay, de pinot noir et de chenin, un crémant « brut étoilé » de Limoux, vieilli trente-six mois sur lattes. Belle robe pâle, reflets rougeoyants, cordon de bulles fines et persistantes, nez aromatique, des fruits rouges, des notes de pâtisseries, de brioche tiède, bouche vineuse et juteuse, sur la soupe de fruits rouges, légère amertume, finale caressante ... Dans les 30 euros.

Trois nuances de gris et deux nuances de rouge en petites lampées ...

- C'est une Petite sœur et ce bébé, né en 2015, a comme papa le Ligérien Joseph Paillé lequel, après avoir travaillé dans plusieurs domaines, en France et au Canada, s'est installé au Domaine Benastra, à Saint-Paul de Fenouillet, Pyrénées Orientales. En pleine AOC Côtes du Roussillon Villages. Dans ce flacon, « un assemblage de lledoner pelut, majoritaire, de carignan, de syrah et de grenache de différentes parcelles, toutes sur sol calcaire métamorphique, vendangés à la main ». Joli robe violacée, nez intense, volcanique sur les baies noires, la prune noire, la cerise, notes réglissées; énorme densité en bouche, ronde, fruitée, dotée d'une allonge gourmande, herbacée et épicée ... Moins de 10 euros, si j'ai bonne mémoire.

Trois nuances de gris et deux nuances de rouge en petites lampées ...

- On reste dans les vins propres, avec cette Cuvée Arthur 2009 du Domaine de Rapatel de Gérard Eyraud, une des figures des vins naturels.... Situé aux portes de la Camargue entre Nîmes et Arles, la propriété est riche d'une foultitude de cépages, tous cultivés dans le plus grand respect de la nature et de l'environnement, avec des moutons pour tondre entre les rangs... Les vins sont évidemment sans intrants, sans chimie, sans soufre ajouté et sont élevés longuement. J'avais déjà goûté quelques unes des cuvées de Gérard Eyraud et n'avait pas été convaincu par toutes... Mais cette Petite Sœur, un assemblage de grenache et de syrah, m'a complètement bouleversé. Un robe sombre, un nez intense, sur la garrigue, des notes poivrées, des baies noirs compotées. La bouche est vive et gourmande, grasse, volumineuse, tendue. La finale fredonne une chanson de revoyure...

Les petites lampées reviennent bientôt...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article