Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

François Cormier-Bouligeon, fou des vins de Loire, se souvient d'une rencontre avec Alphonse Mellot Senior...

FRANÇOIS CORMIER-BOULIGEON. Comme vous le savez notre Fou de vin du jour est député du Cher. Élu l'an dernier, sur la vague macroniste dans la première circonscription qui regroupe  Sancerre et Menetou-Salon ! Né à Bourges il y a quarante-cinq ans, sous le signe du scorpion, père de famille, juriste, François Cormier-Bouligeon aime le vin. Comme Emmanuel Macron qui n'a pas caché son bonheur de boire un verre « le midi et le soir ». Parmi ses différentes fonctions à l'Assemblée nationale, le député du Cher est secrétaire du groupe d'études Vigne, vin et œnologie. Il est également membre de l'Anev, Association nationale des élus de la vigne et du vin... Il était donc bien légitime pour entrer dans la bande des Fous de vin et pour répondre au questionnaire, ce que je lui ai proposé de faire au cours d'une rencontre au dernier Printemps de Bourges, autour d'un verre de... sancerre. Il avait promis qu'il le ferait. Promesse tenue... Merci. 

- Le déclic ? Le premier verre ? Comme beaucoup, la première “gorgée” fut une goutte de champagne le jour de mon baptême, j’avais quelques semaines… Premier verre ? Je ne m’en souviens plus, mais ce qui est sûr c’est qu’il n’a pas été le dernier ! Mon grand-père m’a hébergé à Tours pendant mes études de droit. Il avait une cave fabuleuse, à quelques mètres de ma chambre d’étudiant. L’initiation date de ces années-là. Le nombre de quilles a fondu aussi ! Mes années tourangelles ne se sont pas résumées aux amphis et aux bibliothèques. Les visites de caves se sont enchainées à Chinon, Bourgueil, Saint-Nicolas, Vouvray et Montlouis. J’ai fait connaissance avec Jacky Blot et son Domaine de la Taille aux loups à cette époque.

 - Une devise ? En tant que Berruyer, la première qui me vient à l’esprit est évidemment : « Summa imperii penes Bituriges », le souverain pouvoir appartient aux Bituriges. En tant qu’homme ayant un peu vécu, ce sera plutôt un proverbe qui, dit-on, est japonais : “Tomber sept fois, se relever huit fois

 

- Votre meilleur souvenir de dégustation ? Une soirée de dégustation de produits du terroir avec une célébrité de la télé, une réputation de joyeux drille, une réalité de triste sire. Les vignerons locaux (vignobles nivernais) un peu ternes. Un vigneron de Sancerre vient s’asseoir à côté de moi : éminemment sympathique, une culture générale foisonnante, une connaissance du vin et de la vigne prodigieuse. Il ouvre son vin : la claque ! Un sancerre rouge peut donc rivaliser avec des grands bourgognes ! Du velours en bouche, une profondeur incroyable, des arômes subtils, un voyage qui ne finit pas de me hanter. Je suis subjugué autant par le vin que par l’artisan qui l’a façonné. La discussion se prolongera tard dans la nuit. Le vin, c’était un en-grand-champs, le vigneron, c’est Alphonse Mellot Senior. Et Junior est un très bon aussi. Dans le Sancerrois, il y a il est vrai des hommes et des femmes de très grandes valeurs humaine et professionnelle. J’aime beaucoup Menetou aussi naturellement, j’y fais de belles rencontres humaines et œnologiques !

 

- Cave ou armoire? Combien de bouteilles ? Cave parce que c’est tout de même un lieu magique. Mais ma nouvelle maison n’en possède pas alors ce sera armoire, ce qui sera peut-être plus fiable. Combien de bouteilles ? Trop peu : je les bois vite avec les amis !

 

- Vos trois coups de cœur du moment ? J’aime le vin, je suis un amateur, mais je ne suis pas un excellent connaisseur, encore moins un chasseur d’étiquettes… Je suis un vrai amateur de vins de Loire et du Centre, de blancs, de sauvignon surtout. Je crois que tout le monde le sait maintenant. Vous me demandez trois coups de cœur ? Mission impossible : quand j’aime, je ne fais pas semblant ! J’ai parlé des Mellot, je pourrais ajouter les Vacheron, Pinard, Crochet, Reverdy, Dezat et beaucoup d’autres encore. Ma femme et moi sommes des inconditionnels. En menetou, il y évidemment Pierre Clément, le Domaine Jean Teiller et bien d’autres encore. Je ne vais pas me faire que des amis en ne citant que quelques-uns et ce serait injuste car dieu sait que je suis éclectique et que les talents confirmés ou naissants sont légions dans notre Berry. C’est vraiment frustrant de ne pas pouvoir parler de chacun !

Si l’on me force à faire un choix, je citerai ces trois-là :

-  J’aime beaucoup ce que fait le Domaine Pellé à Morogues, blancs et rouges. Je n’ai pas encore rencontré Paul-Henry mais j’aimerais beaucoup faire sa connaissance. Il y a une telle finesse dans ce qu’il fait !

-  J’ai gouté et même un peu plus que cela les vins de Bertrand Minchin. L'homme est irrésistible, ses vins le sont tout autant ! J’ai une préférence pour Honorine, mais j’ai aussi beaucoup aimé son pommerais en rouge.

-  En aval de notre Loire, à Saumur, Romain Guiberteau est à ne pas manquer : son brezé - le 2014 est une pépite - est un magnifique chenin élevé sur des argilo-calcaires. Romain Guiberteau est un garçon attachant et fidèle, le digne successeur des frères Foucault !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article