Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Dans la RVF, le sancerre d'Anne Vatan face au chardonnay de Vincent Dauvissat...

Médias. « Un grand chardonnay face à un sauvignon d'exception »... Voilà le Face à Face que propose Roberto Petronio dans la Revue du vin de France d'octobre (numéro 585). Derrière le chardonnay, un Premier Cru Les Séchets, se trouve Vincent Dauvissat, à Chablis, un des chantres de la biodynamie. Derrière le sauvignon se trouve le Clos La Néore d'Anne Vatan, la fille d'Edmond. Le Clos La Néore, c'est une parcelle d'un hectare sur la côté des Monts Damnés, à Chavignol. Le point commun entre ces deux vins ? « Le kimméridgien, cette roche calcaire riche en coquillages », écrit Roberto Petronio. « Le vin est probablement le produit agricole qui traduit le plus finement l'identité d'un lieu à travers les sels minéraux de la roche père , poursuit-il. Mais existe-t-il un lien de parenté entre deux vins nés sur du kimméridgien, tout en n'ayant ni le même climat, ni le même cépage ? » Après dégustation de six millésimes (2012/10/09/05-1997/96), commentés dans les pages suivantes, le dégustateur de la RVF conclut que « l'identité du sol se frayait un chemin non pas sut toute la longueur en bouche, mais sur une finale à la saline minérale très proche. » Pour le reste, poursuit-il « Le Clos La Néore délivre une chair plus douce et aimable avec un milieu de bouche plus remplie que pour le chablis (lequel), fortement impacté par la roche mère affiche une plus grande rectitude que le sancerre.»

Commenter cet article