Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Des petites lampées bordelaises, bourguignonnes et rhodaniennes  ...

BOURGES. L'autre soir, sur des coquilles Saint-Jacques, fondue de poireaux et d'endives, accord difficile, un ami a ouvert ce blanc 2015 de Château Carbonnieux. Ça m'a remis en mémoire une dégustation, une verticale, réalisée dans les chais de cette belle propriété de Pessac il y a ... quelques années, à une époque où je visitais plus souvent le Bordelais que mon jardin. Joli souvenir ... Grand Cru Classé de Graves, propriété de la famille Perrin depuis le milieu des années 1950, Château Carbonnieux compte aujourd'hui dans les quatre-vingt-dix hectares dont une quarantaine consacrés aux cépages blancs, le sauvignon, très majoritaire dans l'assemblage (environ 70 à 80%) et le sémillon. De la technique ? « Pressoirs pneumatiques sous gaz inerte qui permettent de presser les raisins, avec ou sans rafle, à l'abri de l'oxygène. Pressurage lent, fermentation en barriques, élevage en fûts de différentes contenances pendant dix mois, avant assemblage et collage à l'argile minérale naturelle et mise en bouteilles.» La dégustation ? Robe très claire, lumineuse, reflets verveine, nez  enthousiasmant, intense, sur des notes florales, végétales, citronnées. Grande vivacité en bouche un peu grasse, tapissante, où reviennent des notes plus confites et vanillées avant une très longue finale salivante ...

Des petites lampées bordelaises, bourguignonnes et rhodaniennes  ...

- Sur un filet de canard cuit à basse température, gâteau de riz et de courgettes, ce magnum de bourgogne, Les Carrières 2015, en appellation Ladoix Contrôlé, du  Domaine Edmond Cornu et fils, à Ladoix-Serrigny.  Quinze hectares en agriculture raisonnée,  dont treize en pinot noir, aujourd'hui placés sous la houlette du fils, Pierre, et de son cousin Emmanuel Boireau. De la technique ?  Pas de tuyaux à vous donner ... La dégustation ? Robe grenat, reflets mauves, nez sur les fruits mûrs, de la cerise noire, des notes de marc,  d'épices douces, de cacao. Du plaisir en bouche, délicate, ronde, fruitée, sur des tanins titillants. Le vin est encore jeune et méritera d'être goûté à nouveau d'ici trois au quatre ans... 

 

Des petites lampées bordelaises, bourguignonnes et rhodaniennes  ...

- Changement de région avec ce 2011de Château Clerc Milon, quarante hectares sur l'appellation Pauillac, propriété de Baron Philippe de Rothschild. Le vignoble réunit cinq cépages, du cabernet sauvignon (50%) du merlot (37%), du cabernet franc (10%), du petit verdot (2%) et même du carmenère (1%), tous assemblés dans ce millésime dans des proportions un peu différentes (54% de cabernet sauvignon et 7% de cabernet franc) pour ce millésime. De la technique ? « Élevage de seize à dix-huit mois en barriques dont 40% neuves.» La dégustation ? Robe grenat très soutenue, nez ample, du grillé, du havane, des fruits mûrs, de la prunelle, des notes poivrées. Bouche ronde, sur des tannins digérés mais fermes, notes de fève de cacao, de tabac en retour, longueur joyeuse...

 

Des petites lampées bordelaises, bourguignonnes et rhodaniennes  ...

- Un autre jour, mais toujours sur un magret de canard, cuit entier sur le teppanyaki, escorté de pholiotes  croquantes, au délicat goût de noisette, et de nouilles chinoises collantes, cette cuvée Naturellement, un moulin-à-vent 2014 du Domaine de Briante. De la technique ? « Vendanges manuelles, vinification en cuves inox et béton, élevage de quinze mois en fûts d'un vin.» La dégustation ? Hummmmmmmm ! Comme j'aime le bonjeaulais ! Et le gamay... Robe brillante, nez frais, plein de fruits rouges, en veux-tu en voilà, des notes végétales qui se marient à d'autres, plus épicées, ça croque en bouche, ç'est frais, ça se mâche, ça se mastique presque, c'est fleuri, ça se boit ...Tellement bien ! 14 euros de bonheur. Vive le beaujolais ! 

Des petites lampées bordelaises, bourguignonnes et rhodaniennes  ...

- On termine dans la vallée du Rhône, par un blanc, en appellation Cairanne,, la cuvée Les Travers, millésime 2015, du Domaine Brusset, dont j'ai déjà plusieurs fois causé dans ces Petites lampées... Ouverte sur une entrée de morue crue à l'huile d'olive et aux herbes. Un assemblage de clairette, grenache blanc, roussanne, viognier ...Un peu de technique ? « Vendanges manuelles avec tri, pressurage direct pneumatique, débourbage à froid,70% de la fermentation en cuves à 16 degrés, 30% en fûts neufs, vieillissement cinq ans.» La dégustation ? Jolie robe brillante, reflets vert pâle, nez très floral, fleurs blanches, fenouil, nectarine mûre. L'attaque est ronde, délicate fruitée, quelques notes anisées, des pointes de miel et une longueur gourmande, légère amertume, qui attend le second verre. Dans les 10 euros. Ça les vaut ...

Les petites lampées reviennent bientôt...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article