Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Au choix, du pinot gris, du pineau d'Aunis, du cabernet franc, du grenache ...

FEUILLETON ROSÉ/Épisode 5. On y est ! L'été est bien là, le rosé dans (presque) tous les verres. Aux terrasses des bistrots et des restaurants, où les prix sont parfois effarants, autour des piscines, à l'heure du thé ! De Provence ou de Loire, du Languedoc ou d'Ardèche voire de Vénitie, autour d'une pizza ... les rosés sont aussi dans tous les magazines, les revues spécialisées. La France est rose, ben oui ! Pour ce cinquième épisode du feuilleton de l'été, on passe par les Corbières, la Provence, Bourgueil, Reuilly et le Vendômois... Belle balade !

Au choix, du pinot gris, du pineau d'Aunis, du cabernet franc, du grenache ...

- Le rosé, le Château de Caraguilhes, belle propriété de cent trente-cinq hectares, certifiée bio par Ecocert depuis treize ans, connaît bien puisqu'il lui consacre près de 35% de sa production. On a ouvert cette cuvée CARA 2014 sur un déjeuner léger, fèves et radis du jardin à la croque au sel, jambon de pays et melon. Cet assemblage de grenache et de mourvèdre, à la robe pâle, reflets violine tendres, respire les fleurs de printemps, la groseille maquereau, les baies mûres. Belle vivacité à l'attaque, volume et croquant en bouche, finale salivante...12 euros.

Au choix, du pinot gris, du pineau d'Aunis, du cabernet franc, du grenache ...

- J'ai déjà évoqué ici, à plusieurs reprises, le Château de Berne et son rosé AOC Côtes de Provence, présenté dans une élégante bouteille carrée, flanquée d'une étiquette noire, qui fait penser à un flacon de parfum rare. Du grenache (80%) et du cinsault pour cette cuvée, ouverte sur des côtelettes de canard. Robe brillante et élégante, premier nez tout en finesse, floral, avant l'arrivée de petits fruits, de notes d'agrumes, de foin frais. Bouche ample, riche, complexe, quelques notes d'amers pour annoncer une finale fleurie, gourmande et rafraîchissante. 18 euros. Oui, quand même...

Au choix, du pinot gris, du pineau d'Aunis, du cabernet franc, du grenache ...

- Changement de décor, direction la Loire, Bourgueil et son cabernet franc, avec cette cuvée du Domaine du Carroi de Bruno Breton, à Restigné. Un rosé de saignée, débouché sur une fricassée d'ailes de poulet au citron confit, escortées d'une semoule de boulgour. Robe soutenue, très cabernet, nez un peu végétal, des notes d'agrumes et de citron, que l'on retrouve en bouche, vive et riche, friande, avant une finale un peu amère et pleine de fraîcheur. 5,70 euros. Ben oui, faites le plein !

Au choix, du pinot gris, du pineau d'Aunis, du cabernet franc, du grenache ...

- Toujours la Loire, Reuilly cette fois, avec ce gris des Domaines Tatin, dégusté l'autre jour, après la présentation de la Collection Terroirs, sur un déjeuner japonisant, sushis, viande grillée, beignets de saumon - je vous le fais en français. Pour ces Demoiselles Tatin, du pinot gris presque à 100% (une pichenette de pinot noir) , provenant de jeunes vignes situées sur le coteau sablonneux et calcaire de Lignis, au dessus de l'Arnon. Robe très pâle, transparente, comme un « blanc taché », nez explosif, petites baies rouges, agrumes, abricot, pêche de vigne, bouche très vive, fruitée, salivante, sur une finale finement épicée. Le gris de Reuilly, c'est tout un voyage... 8,50 euros la bouteille à l'unité et 7, 60 euros par cartons de six.

Au choix, du pinot gris, du pineau d'Aunis, du cabernet franc, du grenache ...

- On reste en Loire, mais un peu plus haut, du côté de Vendôme et de ses coteaux, avec un cépage que j'aime presque autant que le pinot gris, j'ai bien écrit presque, le pineau d'Aunis. Ici, provenant des vieilles vignes en agriculture biologique du Domaine Patrice Colin. Robe aux reflets saumonés, « oeil de gardon », nez frais sur la pêche, l'abricot, l'herbe coupée, beaucoup de fruit en bouche, ample et parfumée avant cette finale typique du pineau d'Aunis, sur le poivre blanc, désaltérante à souhait. 6,40 euros. On peu là aussi se faire plaisir.

Les petites lampées reviennent bientôt...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article