Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

#4) V'là l'été, c'est rosé, à petites et grosses lampées ...

Bourges. Quatrième épisode du feuilleton des rosés d’été… Y’en a marre ? Ben non … Bon, d’accord, l’été n’est pas franchement au rendez-vous depuis une dizaine de jours, on pourrait même se remettre au vin chaud entre deux virées aux escargots et/ou aux girolles, mais on persiste, on insiste, on y croit ! On veut faire revenir le soleil !

- D’abord un petit coup de gueule… L’autre soir dans un restaurant berruyer situé au rez-de-chaussée ... d'une maison du vieux Bourges, on demande un gris de Reuilly des BerryCuriens ( joli flacon à 8,60 prix public, j'en ai déjà causé), dont la bouteille est présentée sur une étagère en guise de carte des vins. Son prix : 31,50 euros … Déjà beaucoup, mais bon ! Le serveur nous apporte un gris de Reuilly, certes, mais de Pascal Desroches… Il n'y a plus de vin des moines ! Combien ? Même prix… Alors qu'il est à 7,50 au chai (plus une bouteille gratuite pour l'achat de trois cartons de six). J'ai bien dit "prix public", pas tarif professionnel ... Et on s'étonne que la consommation du vin en bouteille dans les restos soit en baisse !  Au demeurant, on a très bien mangé, le quasi de veau était parfait et le RDC (Remarquable Dessert au Chocolat) aussi. Le gris de Pascal Desroches excellent, plein de fruit, frais, acidulé juste ce qu'il faut, élégant, un vrai bonheur en bouche, sur des notes de groseilles maquereaux mûres, des pointes abricotées. Alors quoi ? Allez l’acheter au domaine et, au resto, buvez du château-la-pompe …

- D’abord un petit coup de gueule… L’autre soir dans un restaurant berruyer situé au rez-de-chaussée ... d'une maison du vieux Bourges, on demande un gris de Reuilly des BerryCuriens ( joli flacon à 8,60 prix public, j'en ai déjà causé), dont la bouteille est présentée sur une étagère en guise de carte des vins. Son prix : 31,50 euros … Déjà beaucoup, mais bon ! Le serveur nous apporte un gris de Reuilly, certes, mais de Pascal Desroches… Il n'y a plus de vin des moines ! Combien ? Même prix… Alors qu'il est à 7,50 au chai (plus une bouteille gratuite pour l'achat de trois cartons de six). J'ai bien dit "prix public", pas tarif professionnel ... Et on s'étonne que la consommation du vin en bouteille dans les restos soit en baisse ! Au demeurant, on a très bien mangé, le quasi de veau était parfait et le RDC (Remarquable Dessert au Chocolat) aussi. Le gris de Pascal Desroches excellent, plein de fruit, frais, acidulé juste ce qu'il faut, élégant, un vrai bonheur en bouche, sur des notes de groseilles maquereaux mûres, des pointes abricotées. Alors quoi ? Allez l’acheter au domaine et, au resto, buvez du château-la-pompe …

- C’est un bandol bio, sur des notes de menthe sauvage, d’herbes folles, bouche ample et pleine, sur la groseille, acidité désaltérante. Un rosé bien structuré, légèrement épicé en fin de bouche, à ne pas boire trop glacé pour en apprécier la structure et les jolies nuances aromatiques. Il provient du Domaine de la Nartette, propriété du Moulin de la Roque. Mourvèdre (48%), grenache (41%) et cinsault… C’est le Sud et son soleil ! On en manque ici… 13,20 euros.

- C’est un bandol bio, sur des notes de menthe sauvage, d’herbes folles, bouche ample et pleine, sur la groseille, acidité désaltérante. Un rosé bien structuré, légèrement épicé en fin de bouche, à ne pas boire trop glacé pour en apprécier la structure et les jolies nuances aromatiques. Il provient du Domaine de la Nartette, propriété du Moulin de la Roque. Mourvèdre (48%), grenache (41%) et cinsault… C’est le Sud et son soleil ! On en manque ici… 13,20 euros.

- Grenache noir (85%) et syrah pour ce rosé de saignée, côtes-du-rhône villages des Vignerons de Laudun-Chusclan, dont j’ai déjà parlé maintes fois ici. Un vin simple et sympa, rose grenat, d'une jolie complexité, fruité, rond, vineux, sur des pointes épicées dans sa finale. 6,40 euros.

- Grenache noir (85%) et syrah pour ce rosé de saignée, côtes-du-rhône villages des Vignerons de Laudun-Chusclan, dont j’ai déjà parlé maintes fois ici. Un vin simple et sympa, rose grenat, d'une jolie complexité, fruité, rond, vineux, sur des pointes épicées dans sa finale. 6,40 euros.

- Pas de cabernet sauvignon ici, mais du cabernet franc, du grolleau et du gamay  pour ce rosé d'Anjou de la gamme Rémy Pannier de la Maison Ackerman. Jolie robe, nez fruité, c'est un peu bombonneux en bouche, fraises des bois et touches mentholées. On est dans la douceur cotonneuse ... 4,50 euros.

- Pas de cabernet sauvignon ici, mais du cabernet franc, du grolleau et du gamay pour ce rosé d'Anjou de la gamme Rémy Pannier de la Maison Ackerman. Jolie robe, nez fruité, c'est un peu bombonneux en bouche, fraises des bois et touches mentholées. On est dans la douceur cotonneuse ... 4,50 euros.

- Toujours la Loire, du côté de Vendôme cette fois, avec ce gris  bio des Coteaux du Vendômois, cuvée Jeunes Vignes de Patrice Colin. Du pineau d’Aunis à 100%. J’adore ce jus fruité, son côté minéral, « droit dans ses bottes », ses notes épicées, poivrées plutôt  qui font de ce rosé un vrai vin de table. Nous, c’était avec un tian de légumes du jardin et c'était pas mal… 6 euros.

- Toujours la Loire, du côté de Vendôme cette fois, avec ce gris bio des Coteaux du Vendômois, cuvée Jeunes Vignes de Patrice Colin. Du pineau d’Aunis à 100%. J’adore ce jus fruité, son côté minéral, « droit dans ses bottes », ses notes épicées, poivrées plutôt qui font de ce rosé un vrai vin de table. Nous, c’était avec un tian de légumes du jardin et c'était pas mal… 6 euros.

- On termine par un champagne dégusté en préparant des anchois à l’huile d’olive, basilic chinois, thym et estragon… Pinot noir (70%) et chardonnay pour ce brut sans année de la Maison Gremillet. Sympathique cordon de bulles fines, robe un peu saumon, nez sur les baies de jardins, gourmand et assez vineux en bouche pour en faire un champagne de gastronomie. Mais pas mal aussi à l’apéro, sur les … anchois ! 19,50 euros.

- On termine par un champagne dégusté en préparant des anchois à l’huile d’olive, basilic chinois, thym et estragon… Pinot noir (70%) et chardonnay pour ce brut sans année de la Maison Gremillet. Sympathique cordon de bulles fines, robe un peu saumon, nez sur les baies de jardins, gourmand et assez vineux en bouche pour en faire un champagne de gastronomie. Mais pas mal aussi à l’apéro, sur les … anchois ! 19,50 euros.

Pour en savoir plus sur ces domaines :

- Pascal Desroches,

- Moulin_La_Roque.

- Laudun-Chusclan Vignerons.

- Ackerman.

- Patrice Colin.

- Champagne Gremillet.

Les petites lampées reviennent bientôt ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article