Aux fous !

Plus on est de fous et plus on boit ! Et plus on partage ... Nous sommes bientôt deux cents. Blogueurs, journalistes, sommeliers, cavistes, restaurateurs, passionnés. Rejoignez-nous ! En répondant à ce questionnaire. Si vous voulez le recevoir par mail, prenez contact. Et n'oubliez-pas de joindre une photo de vous, verre en main, bien sûr...

- Qui êtes-vous ? Que faites-vous ? Votre auto-portait.

- Le déclic ? Le premier verre ?

- Une devise ?

- Le meilleur souvenir de dégustation ? (avec quelques lignes d'explications)

- Cave ? Armoire ? Combien de bouteilles ?

- Les trois coups de cœurs du moment ? (appellation, couleur, nom de domaine, appréciations).

Au plaisir de vous lire.

Alain Fourgeot.

 

Publié par Alain Fourgeot

Vigneron-Volant.jpg

vdv-logo.pngDe l'art ou du cochon ! VDV numéro 45 ! Sous la présidence de Véronique Attard, l'heureuse propriétaire du Mas Coris. Qui nous pose donc cette question vitale: « Si le vin était un tableau, de quel auteur serait-il et quel tableau ? » 

Si donc le vin était un tableau, il serait ce Vigneron volant... J'adore ce bonhomme. Regardez-le bien... Pas trop longtemps... Sinon vous partirez en lévitation... Vous volerez sur un tapis... Les vignerons devraient tous être comme lui. Leurs vins aussi. Ils devraient tous nous transporter dans un monde à la Folon. Nous élever dans un ciel azur. Nous provoquer un large smiley, comme on en voit maintenant sur les réseaux. Nous donner que du bonheur. Nous donner à rêver d'un ailleurs possible. Le Vigneron volant, je parle de ce tableau, est toujours avec moi, dans un coin de ma tête, quand je déguste un vin. Dès les premières lampées, je me demande si ce nectar qui virevolte sur ma langue, me tsunamise le palais, lui ressemble. S'il me transporte dans une planante montgolfière, au dessus des vignes du propriétaire.

Je vous sens impatient de connaître le nom de l'artiste. S'il n'était pas aussi... "vola-t-il" que son personnage, vous l'auriez déjà croisé sur ce blog car voilà bien deux ans qu'il me promet de répondre au questionnaire des Fous de vin. L'homme est un poète. Un chanteur. Les cordes de son arc ne manquent pas. Mais je suis bien persuadé que vous avez déjà entendu sa voix si particulière, notamment ces derniers temps, sur les ondes, à l'occasion de la sortie du dernier CD collectif, les Chevals... Voilà, vous y êtes. Le chanteur des Blankass, Guillaume Ledoux ... Il est natif d'Issoudun. Gamin il était de Zéro de Conduite au Printemps de Bourges. C'était en 1983, un bail.  

Guillaume est toujours là. La vie d'artiste ... « Être artiste, c'est avoir quelque chose à l'intérieur qu'on a envie de montrer, expliquait-il récemment. Je ne sais d'ailleurs pas pourquoi. C'est peut-être une maladie ou une tare, finalement. » (rires). « Je me pose souvent la question. Pourquoi avoir envie de montrer ce qu'on a à l'intérieur alors que tout le monde éprouve des sentiments ? Chacun est unique. Mais l'artiste a envie de montrer ce qu'il ressent. Avec la musique, je montre mon côté un peu rock'n'roll et, dans la peinture, c'est mon côté un peu Bourvil. Une espèce d'idée de nostalgie, d'un pays perdu avec de gros bonhommes souriants...»

L'Archiduc de Quincy, le Petit Roi de Reuilly, Vincent Jacky (Lazenay), les Trois Couleurs, les Deux Amivrognes ... Des bonhommes que Guillaume Ledoux décline à toutes les sauces et dans toutes les couleurs. Pour rendre hommage à la ruralité, à la force de la terre, aux hommes qui la travaillent et au message qu'elle nous donne.

Vivent tous les vignerons volants !

Les-Deux-Amivrognes.jpg


 

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog