Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

 

Dico vins naturels 2-copie-1

Dico. Il est petit et consacré aux vins naturels. Il est signé Jean-Charles Botte, sommelier, ancien correspondant de Vin Bio Magazine, rédacteur en chef de www.vinpur.com. On y découvre plus de cent cinquante définitions qui permettront, peut-être, aux béotiens d'apprendre beaucoup de choses et aux autres de réviser... Je l'ai pour tout dire parcouru, comme on le fait en général avec un dictionnaire, et je me suis bien "marré" à la lecture de certaines définitions. Quelques exemples ? 

- À vins doux naturels : « Maury et Banuyls ont donné un second souffle au chocolat...»  

- À Loire : « Vaste région, tu t'étends de Nantes à Saint-Étienne par des reliefs divers et variés. Tu recèles un nombre de vins que nous ne comptons plus. Rose, rouge clair ou foncé, jaune vert, or ou orangé; tes robes enflamment tes fillettes où le naturel revient au galop. Des nids de vignerons bio vinifiant sans intrant se sont constitués à Angers, Saumur, Blois, Tours, afin d'évoluer et de redorer le blason des vins oubliés du grand public. Tu n'es plus la piquette des vins rouges glacés à boire l'été, mais bien une identité riche élevée au sommet par un panel de vignerons passionnés. Et dire que Bob t'a omis...» Bon...

- À Centre-Loire. « Je n'ai pas le béguin pour cette région. Menetou-Salon, pouilly-fumé, sancerre notamment dorment comme des loirs sur leurs lauriers: certainement les appellations  de vins blancs les plus connues des étrangers. Le sancerre rouge à base de pinot noir, servi glacé, joue les passe-partout dans les restaurants. Levures exogènes et désherbants chimiques mènent la danse à la fois dans la vigne et au chai. Comme une maîtresse insaisissable, cette région trouve seulement son chemin de Damas grâce à des vignerons talentueux tels Alexandre Bain (pouilly-fumé), Sébastien Riffault (sancerre) et ... Philippe Gilbert (menetou).» J'entends que ça tousse sur les coteaux en vendanges !

- À érection. « (...) Les vins biologiques ( à la fois à la vigne et en vinification) me font bander. (...) Soirée arrosée de nectar naturel réveille ma masculanité le matin. Bref, au bonheur des dames. Au contraire, il me suffit de boire un verre d'alcool ou de vin trempé dans la chimie et patatras... Mal de crâne soudain et, le lendemain, ma dame n'est pas contente.» Stop, je pisse dans mon froc !  

À ne pas manquer également, la préface du livre, présentée sous forme d'un entretien avec Michel Onfray. Le philosophe hédoniste, lui, aime les vins de Loire « pour leur fraîcheur simple et cependant leur capacité à la complexité »; les vins du Jura « pour leur étrangeté et leur incroyable longueur en bouche ». Mais le penseur n'aime pas trop les vins naturels: « Il y a du meilleur et du pire... Je suis hédoniste en la matière et surtout pas idéologue, autrement dit, je n'ai aucune prévenance pour ou contre un vin ou une méthode, s'il me donne du plaisir, je l'aime, sinon, non ...»

Enfin, Michel Onfray revient sur un mot qu'il nous avait déjà servi il y a quelques mois au cours d'un dialogue avec Jean-Paul Kauffman pour le Monde Magazine: « L'alcool n'est pas une voie d'accès à l'ivresse mais à l'ivreté, un joli mot qu'on trouve dans le Littré et qui signifie un mélange d'ivresse et d'ébriété dans lequel on se trouve après avoir bu plus que les deux verres tolérés par la gendarmerie mais moins que la bouteille dans sa totalité ! »

Moi,, ça me saoule, l'ivreté...

( Petit dico des vins naturels. Jean-Charles Botte. Le Courrier du livre. 14,90 euros )

 

Commenter cet article

Jean-Charles Botte 18/09/2011 21:32


En lisant mon livre Les béotiens pourront apprendre la définition d’ acratopote….celui qui boit du vin pur et a été remis au gout du jour par Jean Pruvost aux éditions Honoré champion.(Peut-être
que vous le saviez déjà, comme Vitajuwel 1 )Mon livre n’est qu’un pamphlet ludique et caustique de l’état du vin en France. Manager c’est prévoir….Actuellement, tout l’univers du vin est fier de
l’exportation mirobolante de nos nectars qui flirtent avec EADS (2) alors que 20 % des vignerons bordelais sont auRSA
Navré d’avoir un nez développé qui sent le soufre, désolé d’avoir un estomac fragile et un pénis qui n’est pas en forme le matin dès que je bois des vins chimiques. Le vin est la convivialité,
l’humeur bonne enfant. L’écoute de l’autre et le parler franc sont ma nature, alors que beaucoup (et surtout dans le monde du vin) pensent détenir la vérité et sont incapables de percevoir les
idées d’autrui.
Vous avez le droit de ne pas aimer le livre….mais vous qui aimez le vin : croyez-vous que l’agroalimentaire, les sodas engendrent des futurs consommateurs de vins ? Je pense être l’un des premiers
à parler de ce gros problème.Ce sujet et les deux grands styles de vins que je définis ont été oubliés de votre blog
Un livre ne doit pas être parcouru mais lu et s’il était grossier : Michel Onfray n’aurait pas fait la préface.
Votre critique manque d’objectivité…je trouve. Et lorsque on demande un livre par mail, on est poli et on écrit à la personne le désamour du manuscrit. Tout le monde ne s’appelle pas Michel Béttane
(3)

1 Vitajuwel est un révélateur du goût. Lorsque le vin est naturel, il s’ouvre. Lorsque ses atomes contiennent trop de chimie, le vin est imbuvable.

2 En exportation le 1 est Eads le second est le vin
3 J’écris une page et demie sur MB. J’ai voulu qu’il le sache et je lui ai envoyé mes livres. Il m’a répondu avec des remerciements et quelques pensées.


Alain Fourgeot 19/09/2011 18:43



Je ne souhaite pas polémiquer avec vous mais


je ne crois pas que mon papier mérite cet excès d'indignation. Si j'ai été un brin sarcastique, c'est pour tenter de vous imiter; à chacun son humour. Moi je n'ai pas aimé ce que vous écrivez sur
le Centre-Loire; c'est mon droit. Votre histoire d'érection m'a bien fait rigoler; affaire de zygomatiques...


Enfin, sachez que je n'ai pas pour ambition de ressembler à Michel Bettane même si j'envie parfois son nez ...