Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Alsace-cremant.JPGBourges. Cela commence par des bulles alsaciennes avec ce crémant de la Cave de Pfaffenheim qui regroupe aujourd'hui sous sa bannière cent soixante-cinq vignerons. Une jolie bouteille blanche pour ne rien cacher de la jolie robe jaune pâle et brillante de cette cuvée baptisée L'Exception Chardonnay. Et pourquoi donc ? Car il est assez rare de trouver en Alsace du chardonnay qui représente désormais 4 à 4,5% de la production dédiée, par la cave, au crémant d'Alsace. Détails techniques: cette ... Exception est issue à 70% d'une nouvelle vigne plantée sur des argilo-calcaires dans la vallée de Westhalten; vendanges manuelles, quinze mois d'élevage sur lattes. Dans les verres: beaucoup de mousse puis des bulles assez fines, un nez sur les fruits et les fleurs blanches et le grillé. C'est proprement fait, frais, équilibré, nerveux, sur des pointes d'agrumes. On l'a dégusté à l'heure du thé, en fin d'après-midi, en croquant des pistaches, après une partie de chasse aux escargots. Et on a trouvé cela assez requinquant... ( 9 euros chez les cavistes).

 

Ackerman.JPGOn poursuit avec un autre pétillant, le saumur brut Cuvée Jean-Baptiste Ackerman de la maison du même nom - elle fête cette année ses deux cents ans. La tête du fondateur est offerte sur l'étiquette. Détails techniques: il s'agit d'un brut 2008, issu d'un assemblage de chenin (70%), chardonnay (20%) et de cabernet franc, élaboré selon la méthode traditionnelle avec un vieillissement de dix-huit mois sur lie. Dans les verres: clair pour ne pas dire pâle et bulles fines. On retrouve les arômes du chenin, du fruit confit, puis des notes de fleurs blanches et de biscotte. Sympa, généreux, fruité... on l'a ouvert en fin d'après-midi, à l'heure du thé, sur une tarte aux mirabelles. On aurait pu trouver meilleur accord, mais bon, ce n'était pas si mal... (6,90 euros chez les cavistes).

FL.JPGOn reste en Loire, en compagnie du chenin, avec la cuvée Les Bergères, anjou blanc 2008, du Domaine FL, soixante hectares sur les plus belles parcelles de Savennières, Roche-aux Moines, Quarts-de-Chaume, Coteaux-du-Layon et Anjou. Nous sommes donc sur cette dernière appellation avec cette cuvée issue d'une parcelle de dix hectares certifiée en agriculture biologique, élaborée sous les conseils de Stéphane Denoncourt auquel Philip et Julien Fournier ont fait appel pour suivre l'ensemble de la production du domaine. Détails techniques: le chenin provient de vignes âgées de vingt-cinq ans, poussant dans un sol carbonifère, avec un rendement moyen de vingt-cinq hectolitres à l'hectare. Dans les verres: du bonheur... Robe jaune pâle, nez explosif et floral, on dirait de l'aubépine. En bouche, c'est précis, droit, minéral, racé. Sur des rillettes de saumon maison et du pain grillé, à l'apéritif, en attendant la suite... (10,80 euros chez les cavistes).

Max.JPGOn termine par un rouge et un autre coin de France, la Bourgogne, avec  un savigny-les beaune 2009 Les Grands Picotins de la Maison Louis Max, également propriétaire du Domaine de la Marche à Mercurey. Détails techniques: une petite parcelle de très vieilles vignes de pinot noir poussant sur des sols calcaires, graveleux ou pierreux, légers et peu fertiles, parcelle en agriculture biologique; rendements faibles, vendanges manuelles, macération en cuve bois avant entonnage en fûts de chêne pour environ dix-huit mois. Dans les verres: robe rubis, brillante, nez sur les baies rouges bien mûres, notes de vanille. (19 euros chez les cavistes). On l'a bu à grandes lampées gourmandes, pour le plaisir, avec des tartines de chaource, en rentrant d'une seconde journée de chasse aux escargots ...

Les petites lampées reviennent bientôt...

Commenter cet article