Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Aux fous !

Plus on est de fous et plus on boit ! Et plus on partage ... Nous sommes bientôt deux cents. Blogueurs, journalistes, sommeliers, cavistes, restaurateurs, passionnés. Rejoignez-nous ! En répondant à ce questionnaire. Si vous voulez le recevoir par mail, prenez contact. Et n'oubliez-pas de joindre une photo de vous, verre en main, bien sûr...

- Qui êtes-vous ? Que faites-vous ? Votre auto-portait.

- Le déclic ? Le premier verre ?

- Une devise ?

- Le meilleur souvenir de dégustation ? (avec quelques lignes d'explications)

- Cave ? Armoire ? Combien de bouteilles ?

- Les trois coups de cœurs du moment ? (appellation, couleur, nom de domaine, appréciations).

Au plaisir de vous lire.

Alain Fourgeot.

 

Publié par Alain Fourgeot

Chantegrive-blanc.JPGParis. Le Shangri-La est une lamaserie imaginaire décrite par James Hilton dans son roman Horizon Perdu. Elle serait perchée dans l'Imalaya, aux confins du Tibet. D'où l'on dominerait de merveilleux paysages. Où le « le temps serait détendu dans une atmosphère de paix et de tranquillité ». Je cite... Le Shangri-La c'est aussi un palace, THE palace de l'avenue d'Inéa. Luxe et volupté... Ici, visite virtuelle.

Au sous-sol, le très réputé restaurant chinois Shang Palace, une étoile au Michelin, ouvert depuis septembre dernier. On y propose, peut-on lire sur le site, une « cuisine chinoise authentique, inspirée des traditions culinaires du Sud-Est de la Chine ». Dans un petit salon, autour de deux tables rondes, sous d'immenses plafonniers de verre, journalistes et blogueurs invités pour un déjeuner autour des vins de Château de Chantegrive. Déjeuner dit "de presse", je précise, histoire de fournir un peu de riz à moudre à d'aucuns ... Bref, n'ayant jamais voyagé dans l'Empire du Milieu (du chinois Zhōngguó, 中国) je connais peu et mal ses cuisines et c'est en partie pour les découvrir que j'ai accepté l'invitation d'Hélène Levêque, croisée pendant les primeurs, à la Fleur de Boüard, (Hubert de Boüard conseille Chantegrive). J'ai déjà dit ici tout le bien que je pensais des chantegrives (relire ... en petites lampées au très branché Bistro Volnay... et dans les Graves).

Après les 2011, le blanc Cuvée Caroline et le rouge, encore bien boisés mais déjà flatteurs, on est passés  à table. Et avant même de pouvoir s'attarder dans les conversations post-électorales, la folle circonvolution chinoise a commencé. On a servi à grande vitesse, et sans interruption, sur le plateau tournant qui a donné parfois le tournis, des raviolis-crevettes (hakao) en même temps qu'une salade-saumon-méduse-carottes-poivrons-kakis-séché et un filet-de-turbo-pois-gourmands-sauce-prune-piment puis un assortiment de rôtis-façon-cantonnaise-poulet-canard-poitrine-croustillante et un riz-cantonnais-œufs-crevettes-pousses-de-bambou...  Essayez de lire cette liste à toute allure, ça vous donnera le rythme. Bref, on se serait cru dans une course de pousse-pousse dans les rues de Canton et dans un film noir et blanc à grande vitesse ... Après une petite pose, le temps que soient débarassées les tables, enlevées les baguettes (blanches pour sa pomme, noires pour servir les autres convives), les petites assiettes et les couverts occidentaux de mon voisin de gauche, peu habile avec des baguettes, est arrivé le dessert, une délicieuse et rafraîchissante crème-de-mangue-pomelo-perles-de-sagon (c'est un palmier).

Chantegrive rouge

Dans les verres, à peu près la même cadence, genre défilé de JPG mais sans musique... Chantegrive blanc Cuvée Caroline 2008-2010, blanc 2010, puis les rouges, 2007-2008-2009-2010-2011...

Tout cela était délicieux. J'ai adoré la salade et la méduse, les pois gourmands croquants, les rôtis, surtout la peau du canard et le cochon fondant. Les vins étaient tous à la hauteur du menu. J'adore la Caroline ( « c'est ma cousine ! » lance mon voisin de droite provoquant des rires en glouglous de sa voisine à lui) et notamment le 2008, rond, gras, boisé fondu. Et le blanc 2010, fleuri pour le plaisir. Et le rouge 2009, parfait avec la peau du canard, croustillante et caramélisée. Et le 2010, sublime, plein  de fruits, complet, plein, flatteur...

Clap de fin. Des bises, un autre café serré, s'il vous plaît ! Et je suis reparti, sous la pluie, en direction du Palais de Tokyo. Zénitude !!!!!!!

Les petites lampées reviennent bientôt...

 

Commenter cet article