Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

fils julien

Nicolas Julien. Berruyer de cœur, Parisien au quotidien... Nicolas Julien est installé depuis cinq ans dans la capitale où il exerce le métier d'infirmier dans un service d'accueil en pédopsychiatrie. Fils d'Annie et Denis Julien, les sympathiques propriétaires du restaurant La Courcillière, dans les marais de Bourges, Nicolas aime « recevoir mais aussi sortir pour rencontrer , découvrir, les gens, la nuit, la ville...» Et moi, j'aime sa jovialité. 

- Le déclic ? Le premier verre ? Le vin a toujours été pour moi synonyme de convivialité, de repas entre amis, de partage. Mais c'est sans doute mes parents qui m'ont donné le goût du vin, de la dégustation. Ils étaient complémentaires, ma mère partageait ses connaissances sur les cépages, les régions, ses plaisirs de vin. Mon père me laissait découvrir, goûter les vins, m'incitant à donner mon avis. C'est lui qui m’a permis de constituer ma première commande de vin, à dix-huit ans.  Alors j'aime à penser que mon premier verre était un vin de la région, d'ailleurs un menetou-salon blanc, et sans doute avec mes parents. 

- La devise ? Partageons, discutons, mangeons. Mais aussi "Berry for life", un groupe d'amis qui se reconnaîtra et avec qui je partage le même plaisir du vin. On a fait, et on continue, à faire nos armes ensemble...

-Le meilleur souvenir de dégustation? C'est une confession ! C'était Pavillon rouge, second vin de Château Margaux. Je crois que c'est le contexte qui me donne ce bon souvenir. Je me retrouve avec un pote à déménager une cave avec pas mal de bouteilles. On remonte les escaliers étroits des caves du centre ville de Bourges pendant au moins deux heures. Mais on comprend que notre labeur ne nous rapportera rien. J'étais beaucoup plus jeune, déjà altruiste mais revanchard. Nous nous sommes servi en utilisant les quelques connaissances que nous avions. Malgré le palais immature, je me souviens avoir pris beaucoup de plaisir et cela avec mon groupe de potes.

- Cave ou l’armoire à vins ? Combien de bouteilles ? Un petit stock d'une trentaine de bouteilles qui vieillissent chez mes parents dans le Berry. Mais sinon, dans mon quotidien, je n’ai pas de stockage particulier. Je fais plusieurs salons dans l’année d'où il m'arrive de rapporter une petite cargaison pour une saison.

- Les coups de cœur du moment ? C'est un coup de cœur presque perpétuel: le graves en blanc sec de Château Cabannieux. Je le bois pour le moment toujours jeune, où il se présente très fruité. Depuis que j'ai goûter ce graves blanc, je continue de découvrir cette AOC avec d'autres domaines. Il y a aussi le champagne de Stéphane Coquillette et plus précisément la Cuvée des Clés; un vigneron qui fait un vin très fin et qui en parle bien. De fines bulles en bouche... Et, dernièrement, j'ai apprécié le mâcon la Roche Vineuse 2007 de chez Olivier Merlin. Un vin super fruité, frais.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article