Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Fou-LOuise-Masseau.jpg

Louise Massaux. Elle vit à Avignon et se décrit comme « une brave fille la plupart du temps, serial-ouvreuse de bouteilles, passionnée et épicurienne ». Après avoir travaillé dans le monde du parfum en France et à l’étranger, Louise Massaux a créé Vinorealys, « une agence de communication et de marketing consacrée à l'univers du vin et des spiritueux ». « Du nez au verre, il n’y avait qu’un pas que j’ai vite franchi », ajoute cette passionnée de vin, qui est d'abord retournée sur les bancs  « d’une chouette université, celle du vin », à Suze-la-Rousse. Elle  a ensuite « arpenté les terroirs afin de déguster, comprendre inlassablement, harceler questionner les vignerons ». Son blog, Quilles de filles, est « né de l’envie de partager le plaisir que j’avais à goûter certains vins et rencontrer des vignerons (et non le contraire). Beaucoup autour de moi s’intéressent aux vins mais avouent être rebutées par le côté expert qui se dégage parfois de certaines publications », précise-t-elle. « Écrire mes expériences, mes rencontres, y mettre un peu de légèreté et quelques notions simples. Essayer de raconter un peu de cette magie, de la synergie entre des hommes, des femmes et une terre. J’avoue rester totalement admirative face à cela. Aimer le vin, en parler et essayer de transmettre un peu de cette envie. Le vin porte en lui la convivialité, le partage, alors en parler de façon compliquée alors que le bonheur est simple comme un verre, m’ennuie, pour parler poliment (et je suis une fille polie). J’aime à penser que je suis une étape, quand ils s’y impliqueront plus, ils passeront naturellement vers mes aînés, plus précis, plus riches », poursuit-elle. Aujourd'hui, Louise Masaux « organise de chouettes raouts vineux en essayant de créer un lien entre ceux qui le font et ceux qui le boivent ». Elle m’implique également, milite et  « vitupère pour que la liberté de parler du vin demeure », comme avec le collectif Touche pas à mon vigneron. » Heureux de vous compter parmi mes Fous, Louise ...

- Le déclic ? Votre premier verre ? Avec ma grand-mère. Elle fut une des premières femmes chef en France dans les années 1920, à une époque où on les cantonnait plutôt cuisinières. Enfant, je passais des heures dans sa cuisine et dans les restaurants. En toute logique, un jour que nous dégustions un magnifique foie gras d’oie, elle m’a tendu son verre. C’était un gewurtztraminer, je me rappelle encore les arômes ! Depuis, je n’ai jamais décroché. Mon père avait une cave sublime que ma grand-mère adorait vider avec ses copines (et mon aide). Comparse et complice, elle m’a enseigné l’art des désaccords et le sens du bonheur, de la jouissance qu’on éprouve à ressentir chaque instant, chaque joli verre.

- Une devise ? N’en avoir aucune. J’envie les gens pour qui les choses sont définies, cadrées. Mon métier consiste à essayer de comprendre ce que sont les gens, les vins et le traduire. Donner leur vérité, pas la mienne…

- Le meilleur souvenir de dégustation ?  Il y en a tant…En choisir un, serait dénigrer les autres…

- Cave ou armoire? Combien de bouteilles ? Armoire d’une centaine de bouteilles, je vis en appartement. Toujours trop petite malheureusement.

- Les trois coups de cœur du moment ?  

 . J’ai eu l’occasion, il y a peu, de passer un peu de temps chez Alphonse Mellot, à Sancerre. La perfection et la précision de ces vins m’ont éblouie. En blanc, le travail mené tant à la vigne qu’à la vinification permet de percevoir chaque variation de terroir. Il a su aller au-delà de l’expression du sauvignon, pour faire ressortir là le silex, là le fruit. C’est magique !

. L’Âme 2007 de chez Rotier, un vin de Gaillac, une région que j’aime particulièrement. Une majorité de duras, ce cépage local à la fois puissant et fin. Des notes de mûres, de poivre vert et une touche de fraîcheur légèrement mentholée avec une grande longueur.

. Malartic-Lagravière, en blanc comme en rouge, leurs vins sont superbes. Pessac Léognan dans toutes ses qualités.  

Commenter cet article

east 13/08/2015 16:16

je ne comprends par le declic de Mme Massaux.... avec sa grand mere chef dans les années 20? Mme massaux n'a pourtant pas l'air si vieille que cela.....

Alain Fourgeot 13/08/2015 16:41

Relisez, west !!!!!! Sa grand-mère fut une des premières femmes chef en France dans les années 1920 ... Ce qui ne veut pas dire que Louise a bu son gewurtztraminer à la même époque ...