Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Inberdis.jpgJean-Marc Imberdis Il est le gérant de la société Le Vert et le Vin, parcours la France de long en large afin de goûter et de trouver des vins biologiques pour les distribuer sur son site : http://levertetlevin.com/.

Et, « comme je suis un homme-orchestre, c’est aussi moi qui prépare les colis, tient la comptabilité, fait le ménage…» commente-t-il. Avant de créer Le Vert et le Vin, Jean-Marc Imberdis ( à droite sur la photo, en compagnie de Jean-Pierre Monier, vigneron) a eu plusieurs vies, la précédente était celle de libraire, à Vichy. Venu au vin « par passion », il a suivi la formation viticulture-œnologie du BPREA à Beaune, avant de se lancer dans ce projet. Bienvenu chez les Fous, Jean-Marc...

- Le déclic ? Le premier verre ? Mon premier verre de vin fut celui que mon grand-père me fit goûter. J’étais très jeune et l’expérience aurait pu me détourner du vin de manière définitive, car c’était une "horrible piquette". Mais ces souvenirs de mon grand-père, ouvrier Michelin, allant chercher son pinard du coté de Chanturgue, dans un tonneau juché sur une remorque, elle-même attachée à son vélomoteur, m’ont certainement marqué. De même que le méchage du dit tonneau et l’odeur de soufre qui s’en dégageait. Le vrai "déclic" a eu lieu bien plus tard, passé la trentaine, quand un de mes clients de la librairie m’initia, avec d’autres amateurs, à ce qu’était le vin et comment le déguster et l’apprécier.

- Une devise ? Avoir des convictions, jamais de certitudes.

 - Le meilleur souvenir de dégustation ? Impossible de ressortir un souvenir tant la liste est longue, mais peut-être un montrachet de chez Ramonet, pour les conditions improbables dans lesquelles j’ai pu boire ce vin. (Trop long à raconter). 

- Cave ou armoire? Combien de bouteilles ? Cave, bien sûr. Quelques centaines dans ma cave personnelle, quelques milliers dan ma cave professionnelle.

- Les trois coups de cœur du moment ? 

. Un quarts-de-chaume 1997 de Châtau de Suronde. Un liquoreux exceptionnel.

. Le Feu 2011 du Domaine Belluard, vin de Savoie. Issu d’un cépage endémique, le gringet, en voie de disparition. Un modèle de précision et de droiture.

 . Un côte-rôtie 2010 cuvée Classique de chez Clusel-Roch, pour sa puissance maitrisée et sa complexité aromatique. Déjà presque prêt à boire.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article