Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

etc.JPG

Bourges. L'autre soir, autour de la table, des amis, connaisseurs et amateurs de bonnes bouteilles, dont une sommelière japonaise. Pas de sushis , mais des légumes anciens pour un menu ainsi intitulé : gras & rave, mignon & racines, victoria & jacotines ... Là il y a des jokes ! Pour le premier plat, une quille à découvrir, mais personne ne trouva, un vieux rancio : ce Nectar du Prieuré, Cuvée de l'Homme de Tautavel (à droite) rivesaltes de... 1955 du Domaine Mounié. Ambré et lisse, ample, onctueux, complexe, subtil, on manquait de qualificatifs, en parfait accord avec le gras du foie et l'acidulé du chou-rave mariné dans une huilette parfumée au vinaigre de coco... Avec le filet mignon, sauce réduite, topinambours écrasés et panais, plusieurs bordeaux. En un, ce 2002 de Château L'Armont, saint-émilion grand cru, très confituré, un peu fumé et un peu court, mais encore parfaitement à l'aise. En 2, ce rouge 1999 de Château Smith Haut-Lafitte: la grande classe, on a presque regretté de l'avoir sorti de son silence, faudra le revoir dans les dix ans à venir ... Du cabernet sauvignon et des fruits mûrs, de l'ampleur, de la concentration, des tanins dragueurs, du cèdre, du cuir et même de la violette pour ma voisine ... Un régal ! Et, en 3, Calon Ségur 2007 - non, Jean-Pierre, ce n'était pas la Saint-Valentin, mais on a bien pensé à toi... Encore un joke ! Bon, le calon, encore sur du cabernet sauvignon bien mûr, était parfait, complexe, plein de fraîcheur, un peu boisé, sur des notes mentholées, bien structuré... On adore les saint-estèphes.

Marjorum.JPG

A l'apéritif, on avait ouvert ces deux-là... La cuvée Celebris de Gosset, 1998, extra-brut, pour ceux qui aimaient les bulles. Un vin exceptionnel, magnifique, n'ayant pas peur des mots. Du chardonnay (64%) et du pinot noir, pour un assemblage faiblement dosé sur des notes florales, peut-être du jasmin, comme celui qui fleurit dans ma cour l'été, des fruits exotiques, d'une extrême complexité en bouche, déclinant en bouche des fruits blancs, des notes briochées et de pain d'épices, du grillé et une finale vanillée sublime de pureté... Pour ceux qui ne voulaient pas de bulles, la Cuvée Majorum, 2000, de Michel Redde, un pouilly-fumé d'une classe inouï, minéral, sur des notes de fruits mûrs et exotiques, plein, caressant, long ... Un très grand pouilly ! Il y a des soirs, comme ça ...

Les petites lampées reviennent bientôt...


Commenter cet article