Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

CIVCcaroleferron.jpgCarole Ferron. Elle est sommelière-caviste à Triors, dans la Drôme et anime des ateliers au sein de la cave Les Vins’Cœurs. « Une entreprise individuelle dont structure et cave sont installées "à domicile" de manière à associer l’esprit "familial" lors de la venue de particuliers, professionnels ou d’associations, dans un but d’achats ou de participation aux soirées dégustation à thème et aux ateliers culinaires mis en place chaque mois » explique-t-elle. « La vision prédominante de mon concept est de me mettre à disposition de toutes et de tous, néophytes, amateurs avertis, professionnels, élèves dans un cadre convivial, simple mais chaleureux pour leur donner les moyens de parler du vin et de connaître leurs propres goûts et non ceux imposés par la société car " qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets " » Une citation de Salvador Dali qui revient très souvent dans les propos des Fous de vin. Carole Ferron est également depuis septembre dernier, Ambassadeur français du champagne 2012. Merci pour ces réponses, et à bientôt pour un vin'cœur !

- Le déclic ? Le premier verre ? C’est plutôt ce métier qui m’a choisie car "je suis entrée dans le monde du vin sans autre formation professionnelle qu’une gourmandise certaine pour les bonnes bouteilles" (Colette). Pourtant, je ne rougis pas de mon cheminement, de mes résultats tant le plaisir est vivace, tant la passion l’emporte sur la crainte, tant le désir de tout donner prévaut sur tout les préjugés et les appréhensions de ne pas être à la hauteur ou de ne pas répondre aux exigences. La citation de Colette me convient parfaitement et caractérise mon parcours vers une passion plus qu’un métier que j’exerce tout en continuant de l’apprendre. Rien ne me destinait à ce métier, si ce n’est mes origines bourguignonnes, l’amour des bonnes choses de la vie et défier mes parents qui ne m’ont pas laissé suivre une formation dans le domaine de l’hôtellerie - restauration qui me fascinait déjà. Le véritable déclic s’est produit lors de la dégustation d’un gevrey-chambertin Les Cazetiers 1929 offert pour fêter mes… vingt ans (mes papilles sont toujours en émoi à l’évocation de cette « première ») après un santenay 1964. A l’époque pourtant, je ne réalisais pas l’impact de cette découverte…

- La devise ? Passion, Plaisir, Partage tout simplement. Et "qui sait boire sait aimer, qui sait aimer sait boire".

- Le meilleur souvenir de dégustation ? Il y en a plusieurs, déjà ce fameux gevrey-chambertin 1929 qui était fruité et gourmand, mais dernièrement ce fut les vins de Porto Colheita de la Maison Andresen et plus particulièrement le Colheita 1900, "le petit Jésus en culotte de velours" avec des notes de fruits mûrs et confits, des accents de miel et d’agrumes confits, des épices douces,  la suavité et la gourmandise cousues mains. Un vrai régal mémorable pour tous ceux qui en ont profité…

- Cave ou armoire? Combien de bouteilles ? Une cave bien remplie d’un certain nombre de bouteilles (environ trois mille) et de cinq cent à six cents à références disponibles ou sur commande.

- Les trois coups de cœur du moment ? 

. La cuvée Sublime Réserve, un champagne blanc de blancs dosé à… trente grammes de sucre par litre de la Maison Philiponnat, léger, suave, gourmand, qui sied à merveille au foie gras mi-cuit accompagné d’un pain d’épices aux abricots moelleux ou un vacherin de nougat de Montélimar et de lavande...

Château Cornélie 2009, haut-médoc, Patrick Grisard, qui ne démérite pas face aux millésimes qui le précèdent à la robe rubis profond, un nez ouvert, fruité, floral et aux épices fines, une bouche gourmande aux saveurs fruitées avec des tanins en cours d’évolution, un vin qui laisse présager un potentiel de garde d’une dizaine d’années, à déguster avec des viandes rouges grillées et/ou rôties, un pigeonneau des terres froides farci au foie gras et gratin dauphinois…

. Cuvée Carignan Vieilles Vignes 2010, IGP de la Vallée du Paradis, Domaine du Cardona, Bruno Desnier, à la robe pourpre, profonde, un nez ouvert sur les fruits et les épices, une bouche souple et gourmande à souhait, fruitée, aux tanins discrets mais présents, une finale longue à déguster avec des viandes grillées accompagnées d’une ratatouille, des fromages affinés…

Commenter cet article