Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

angelus-danseuse.JPGSaint-Émilion. Le baptême des cloches du campanile du Château Angélus ! The place to be ... comme disent les pubs et les d'jeunes. En plein mois d'octobre, juste après les vendanges, alors que presque tout est redevenu calme sur les coteaux du Saint-Émilionnais, la famille de Boüard a décidé de créer l'événement en sanctifiant les cloches du campanile posé sur le toit du nouveau chai dont les travaux doivent encore durer au moins une année. La visite du chantier fait naître des impatiences...

10-Bapteme-des-Cloches-Chateau-Angelus-241012.jpg

Les chais poussent comme des champignons dans le Bordelais, un vrai concours d'architectes... Aux lignes épurées et contemporaines de certaines constructions récentes, Angélus répond par la tradition, proximité du village classé au Patrimoine mondial oblige. Le chai est donc de pierre taillée sur place, de bois et de tuiles de récupération. C'est un chantier « label vert », selon le mot de Jean-Bernard Grenier. On termine la construction d'une sorte d'Hermione à l'envers. Artisans et compagnons sont à l'œuvre. On en reparlera ...

Pour l'heure, nous sommes réunis au pied de ce bel ensemble campanaire tout en fer forgé (sur place), composé des cloches Angélus (sol 3, de sept cent kilos) et Émilion (do 4, de trois cents kilos) et d'un carillon de dix-huit cloches fondues chez Paccard, près du lac d'Annecy. Il permettra d'accueillir l'invité d'Angélus avec son hyme national quand d'autres hissent les couleurs. Soixante-deux hymnes sont programmés. On a entendu la Marseillaise et le chinois...

13-Bapteme-des-Cloches-Chateau-Angelus-241012.jpgPour la cérémonie, la famille de Boüard a fait les choses en grand. Un vrai baptême princier. L'archevêque de Bordeaux, Monseigneur Ricard, installé avec son bénitier sur un élévateur, un écran géant dans les vignes sur lequel est d'abord projeté un film racontant Angélus et les travaux en cours, puis la bénédiction, précédant  l'Ave Maria de Schubertmagnifiquement interprété par une soprano du Conservatoire de Bordeaux. Dans les rangs de cabernet ou de merlot, des danseuses en jupes clochettes sur des estrades. Spectacle émouvant, mariant le sacré et le profane, que les nombreux invités admirent du belvédère de Château Bellevue, duquel on domine Angélus et ses cloches dorées sous le soleil, quand le brouillard qui nimbait la vallée depuis le matin a enfin décidé de lever son voile alors que résonnent les cloches des villages voisins et que Monseigneur Ricard procède à la bénédiction. Oui, il y a de l'émotion, même pour un mécréant, dans ces instants uniques, de la grâce, du divin, derrière cette mise en scène réglée au cordeau.

La messe étant dite, après l'eau bénite et le goupillon, champagne pour toutes les ouailles d'Angélus sous un ciel devenu marine, avant un somptueux déjeuner signé César Troisgros, fils de Michel et petit-fils de Pierre. De la terrasse de Bellevue, face à nous, les cloches d'Angélus n'en finissent de briller dans un paysage insolent de beauté ...

04-Grande-Verticale-Chateau-Angelus-231012.jpg

La veille du baptême des cloches, Hubert de Boüard de Laforest (à gauche, photo ci-dessous) et Jean-Bernard Grenié ont organisé pour les journalistes une verticale de seize millésimes d'Angélus, de 1995 à 2010, dégustés religieusement dans les salons privés de la famille de Boüard. En fait, les seize vins dégustés par le jury qui octroya la mention de Premier Cru Classé A, permettant à Angélus de rejoindre Cheval Blanc et Ausone dans l'Olympe de Saint-Émilion où se trouve aussi, dorénavant, Château Pavie (où se construit aussi un nouveau chai). Et cette dégustation ? Formidable, évidemment. J'ai adoré le 1998 et son bouquet de fleurs séchées, le 2001, pour sa puissance et son élégance, le 2003, atypique et original, le 2005, qui promet des jours enchanteurs et évidemment le 2010, probablement le plus grand millésime de ces dernières années selon les sommités avec lesquelles j'ai eu le bonheur de déguster...

07-Grande-Verticale-Chateau-Angelus-231012.jpg

Commenter cet article