Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

GaffelièreBourges. On peut manquer des rendez-vous à cause d'un train raté, d'une grève des cheminots, d'une grippe de dernière minute, d'un accident dans un escalier, tout cela m'était déjà arrivé, mais il faut tout de même être un peu ... gland pour se tromper de date. J'assume ... J'ai donc raté un déjeuner chez Taillevent, à Paris, pour avoir mélangé les mois sur le calendrier de mon iPhone. Un coup à revenir au bon vieux Filofax ! 

Si j'avais assisté à ce déjeuner, j'aurais croisé quelques happy-few, Pierre Arditi, l'homme sandwich de Grands Crus Classés, Ariane Massenet, qui illumine certaines de mes matinales, Patrick Timsit, en one man stand-up-show, et quelques grandes plumes de la presse spécialisée...

Si j'avais assisté à ce déjeuner, j'aurais pu parler du dernier millésime avec Alexandre de Malet Roquefort ( à gauche), l'heureux propriétaire du ce 1er Grand Cru Classé B de Saint-Émilion, accompagné par sa sœur Bérangère (à droite)...

Si j'avais assisté à ce déjeuner, j'aurais probablement été séduit par le menu « sur mesure » proposé par le chef, Alain Solivérès : parfait de foie gras de canard, marmelade de coings; quasi de veau du Limousin rôti aux légumes caramélisés; ossau iraty, confiture de cerises noires; craquant au chocolat ashanti et saveurs épicées...

Si j'avais assisté à ce déjeuner, j'aurais goûté plusieurs millésimes de La Gaffelière, dont un 70 en magnum (1970), qui a provoqué quelques tweets enflammés, un 53, toujours du même siècle et enfin un 45 ...qualifié de « topissime », par un un bon vivant rencontré le soir même à un autre dîner...

Si j'avais assisté à ce déjeuner, je n'aurais pas écrit cette anaphore ...

Les petites lampées (vécues) reviennent très bientôt...

Commenter cet article