Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

PS. L'abus d'alcool est dangereux, à consommer avec modération. 

Publié par Alain Fourgeot

Voici revenu le temps des nouveaux, en petites ou grandes lampées ...

BOURGES. Ce n'est pas un temps de saison, ma pauvre dame, mais c'est pourtant bien l'automne, marqué par le retour des vins nouveaux, des primeurs... Pas ceux de Bordeaux, c'est au printemps... Et c'est une autre histoire, moins ... populaire.

Depuis le 20 octobre, on peut trouver dans les commerces, chez les cavistes et déguster dans les bars, des vins de pays primeurs, des IGP ( Indication géographique protégée), commercialisés une fois la fermentation faite. Ce sont des "petits" vins sympas, légers, rafraîchissants, à boire sur le zinc, à l'apéro par exemple.  Parmi eux, l'incontournable Colombelle, le côtes-de-gascogne des Vignerons de Plaimont, qui  mettent notamment à l'honneur les cépages colombard et ugni blanc, assemblés avec bonheur pour offrir un vin fruité, croquant, déclinant des notes florales et d'agrumes, de fruits jaunes, après un premier nez évoquant le buis et le jus de pomelo. Autant d'arômes et de saveurs évoqués sur l'étiquette de la cuvée Alegria ( joie en gascon), fraîche, joyeuse, légère comme une ... plume !  (8,90 chez les cavistes). On retrouve cette plume sur le Colombelle L'Original (7,10 euros). Autre cuvée, les Charmes, issue du gros manseng surmaturé (11 euros) et plutôt réservé pour accompagner foie gras (de Gascogne pas ) et/ou les desserts acidulés...

Il existe bien évidemment beaucoup d'autres IGP qui vous feront patienter jusqu'au troisième jeudi de novembre, date ô combien rituelle, de la mise sur le marché des AOP ( Appellation d'Origine Contrôlée) nouveaux. Car il n'y a pas que le beaujolais...  Dès le 17 novembre on trouvera à la vente et à la dégustation des côtes-du-rhônes, des côtes-du-ventoux, des touraines, issus du gamay noir, des gaillacs. Mais aussi des rosés (Anjou entre autres) et des blancs, de Bourgogne, du Ventoux, du Muscadet... La liste n''est pas exhaustive. 

Donc, les beaujolais nouveaux, qu'ils soient ou non Villages. Depuis 1951, novembre fait la fête au gamay. Après des années folles où le beaujolais nouveau fut une sorte de Veau d'or pour les vignerons des différents crus, les Français ont quelque peu délaissé ce breuvage, qui pissait un peu trop dans les chais, ruinant au passage nombre de vignerons. Depuis quelques années, grâce au travail d'une nouvelle génération  qui joue la carte de la qualité plutôt que celle de la quantité, le beaujolais nouveau semble susciter un regain d'intérêt...

Si l'on en croit des responsables de l'interprofession des vins du Beaujolais, « l'année 2022 a été marquée par une grande sécheresse, très proche de  1976 et le millésime est le plus précoce après 2003, année de la canicule, mais la récolte est très hétérogène et la quantité sera inférieure de 20% à la moyenne des cinq dernières années. » Quant à la qualité elle est qualifiée de « réjouissante » « On retrouve des similitudes avec les grands millésimes 2009, 2015, 2018 et 2020, explique Daniel Bulliat, le président d'Inter Beaujolais. Ce millésime 2022 offrira des vins aux profils très variés : des vins amples et structurés avec une robe soutenue qui seront des vins de garde par excellence, ainsi que des vins gouleyants et charnus, agréables à boire. »

Jeudi 17 novembre, de très nombreuses animations seront proposées, comme chaque année, autour du beaujolais nouveau. On les trouvera sur le site les rendez-vous beaujolais. Pour le reste, nul doute, qu'un peu partout, nombre de bistrots et restaurants joueront une fois le plus le jeu. Vivement ! 

- Goûté en avant-première,  il y a quelques jours, l'excellent beaujolais villages nouveau du Domaine de la Sorbière, propriété de la famille Julliard, à Quincié-en-Beaujolais. Vendangé le 20 août, un record de précocité, ce gamay sans sulfite ajouté, aura eu tout le temps de se "reposer" avant le jour J où tous les beaujolais nouveaux devraient être prêts à boire !

- Goûté en avant-première, il y a quelques jours, l'excellent beaujolais villages nouveau du Domaine de la Sorbière, propriété de la famille Julliard, à Quincié-en-Beaujolais. Vendangé le 20 août, un record de précocité, ce gamay sans sulfite ajouté, aura eu tout le temps de se "reposer" avant le jour J où tous les beaujolais nouveaux devraient être prêts à boire !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article