Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Petites lampées bordelaises, de Pessac-Léognan à Saint-Julien ...

BOURGES. Retour d'un week-end bien ... arrosé dans un gîte, en pleine campagne, à deux jets de boules de neige de Chastreix, au pied du Sancy, dans le concert des cloches des salers et des montbéliardes qui, dans le brouillard ou sous la pluie, imperturbables, broutent, broutent, broutent ... inlassablement, en levant quelques fois la tête pour voire passer, non pas les trains, mais les randonneurs bravant les éléments ... 

Bon, à l'heure des repas, nous avons ouvert quelques flacons, apportés par chacun d'entre nous. À l'heure de l'apéro, un merveilleux jéroboam de champagne Louise Brison 2009, d'une belle effervescence, sur des notes de citron vert, de coing et de brioche et d'une bouche extrêmement tonique, mousse délicate, finale crayeuse et fruitée... Quel prélude !  

Pour ceux qui ne ne voulaient pas de bulles, un pessac-léognan blanc de Château de France, propriété de la famille Thomassin. Quarante hectares dont quatre pour les blancs, issus du sauvignon et de sémillon, que l'on retrouve dans ce millésime 2018, majoritairement sauvignon (80%). Vinification en barriques neuves (30%) entre sept et dix jours, élevage dans les mêmes barriques pendant dix mois. Robe brillante aux reflets verts, nez évoquant les fruits jaunes mûrs, quelques notes exotiques, de la vanille, du chèvrefeuille, du buis froissé, une pointe toastée.  Bouche élégante, quelques épices douces, légère amertume désaltérante, finale fraîche. Joli. Dans les 26 euros.

Petites lampées bordelaises, de Pessac-Léognan à Saint-Julien ...

- Même domaine pour accompagner les côtes de bœuf, avec cette fois un rouge 2014, assemblage de cabernet sauvignon (41%) et de merlot (59%). Technique ? « Sept à dix jours de fermentation, trois à quatre semaines de macération en cuves inox, fermentation malolactique, élevage en barriques neuves (40%) et barriques d'un vin, pendant treize mois. » Robe brillante, sombre et profonde, nez détonnant, baies sauvages mûres, réglisse, menthe chocolat, épices, avant une bouche puissante, fruitée, cerises noires ... qui rappellent au copain « les bonbons Krema à la cerise » de son enfance... Longue finale savoureuse. Dans les 24 euros. 

Petites lampées bordelaises, de Pessac-Léognan à Saint-Julien ...

- On reste à Pessac-Léognan avec ce magnum 2015 de Château Ferran, vingt hectares de vignes appartenant à la famille Béraud-Sudreau, aujourd'hui sous la coupe de Ghislaine et Philippe Lacoste. Le merlot domine dans cet assemblage où l'on retrouve aussi du cabernet sauvignon et du petit verdot. Sous une robe pourpre sombre, se découvrent vanille, pruneaux, mûres, notes de cuir, de fumée, de terre chaude. Bouche ronde et pleine, marquée par le tabac, les baies sauvages, un brin d'humus, tanins bien fondus.  Longue finale suave.. Droit dans ses bottes ! 

Petites lampées bordelaises, de Pessac-Léognan à Saint-Julien ...

- Et on termine à Saint-Julien avec ce second vin de Château Lagrange baptisé les Fiefs, dans le millésime 2016. Le domaine, s'étalant autour d'une superbe bâtisse toscane, appartient depuis le milieu des années 1980 au groupe japonais Suntory qui a beaucoup investi pour redorer le blason de cette propriété de cent dix-huit hectares d'un seul tenant. Ce second est un assemblage de cabernet sauvignon (55%), de merlot (41%) et de petit verdot. Technique ? « Sélection parcellaire et intra parcellaire, cent deux cuves inox pour cent trois parcelles de vignes, vinification de dix-huit à vingt-cinq jours, assemblage précoce des cépages en janvier, élevage de treize mois en barriques dont 20% neuves, collage aux blancs d'œufs en barrique et assemblage final avant la mise en bouteille. » Belle robe sombre, cinquante nuances de pourpre, nez puissant et complexe, des fruits noires, caseille, chocolat, zan, goudron. Attaque très vive, fraîche, tannins déjà ronds, quelques amers, en milieu de bouche, très pleine, finale longue et gourmande. Dans les 31 euros.

Les petites lampées reviennent bientôt. Oui, nous avons ouvert d'autres flacons en regardant le Sancy enneigé ...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article