Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Petites lampées de déjeuners pour cause de couvre-feu ...

BOURGES. Si les petites lampées se font plus rares, ce n'est évidemment pas pour cause de janvier sobre... voire sec (dry january*, qu'ils disent)... Mais voilà, la pandémie, le couvre-feu... Pas de dîners entre copains, pas de dégustations, pas de restaurants. Heureusement reste des déjeuners, en petit comité, occasions d'ouvrir quelques flacons en attendant la suite...

 À l'heure de l'apéritif, ce jour-là, un chenin, un savennières, la cuvée La Tour d'FL du Domaine FL, FL pour Fournier-Longchamps, un domaine né en 2007, sous l'impulsion de Julien Fournier, de la fusion de Château de Chamboureau et du Domaine de Joe Pithon. Six hectares de cabernet franc et trente-quatre de chenin qui recouvrent plusieurs appellations, de Savennières à Quarts de Chaume Grand cru en passant par la Roche aux Moines et les Coteaux du Layon Grand cru... Le tout en bio et en biodynamie, pour la parcelle de Roche aux Moines. Dans les verres, un jus très pâle, presque translucide, développant un nez élégant et relativement discret, du coing et des fleurs blanches, du miel et de la cire, des agrumes. La bouche, très très vive, révèle des notes de citron bergamote sur des pointes mielleuses, avant une finale légèrement mentholée. Dans les 18 euros pour cette jolie bouteille.

 

Petites lampées de déjeuners pour cause de couvre-feu ...

- Blanc toujours, avec ce saint-joseph du Domaine Christophe Pichon, vingt-trois hectares répartis sur Condrieu, Côtes Rôtie, Cornas et donc Saint-Jopseh ... Ouvert en préparant  des butternuts farcies, ce 2018, assemblage de marsanne (90%) et de roussanne issus de sols essentiellement granitiques de la rive droite du rhône, élevé dix mois en fûts de trois ans maximum, s'offre dans une robe or brillante surmontée d'un ménisque épais. Nez complexe, riche,  fruits jaunes mûrs mêlés à des notes de fleurs blanches, voire du jasmin, d'agrumes, de cèdre et d'épices. Bouche généreuse, caressante, fraîche et citronnée avant une longue finale épicée voire légèrement safranée. Dans les 25 euros.

 

Petites lampées de déjeuners pour cause de couvre-feu ...

- On reste dans la vallée du Rhône, un peu plus haut, avec ce condrieu 2018 du Domaine Vidal-Fleury, propriété de la famille Guigal depuis les années 1980. Du viognier, bien évidemment. On nous parle d'une fermentation malolactique complète pour moitié en cuves inox et pour l'autre en foudres, d'un élevage sur lies avec bâtonnage pendant douze mois. Une robe jaune or pâle, un nez marqué par les fruits jaunes, quelques fragrances florales, des fruits secs, une bouche à la fois vive et ronde, une finale pointue, longue, marquée par des notes de laurier amandé et de citron confit. Joli flacon qui a son prix, dans les 51 euros...

Petites lampées de déjeuners pour cause de couvre-feu ...

- Pour escorter un magret de canard et des cèpes bouchons entiers, ce saint-émilion Grand cru 2018 de Château Castelot, propriété de  Joseph Janoueix,  neuf hectares  « de sol siliceux sur sous-sol graveleux et ferrugineux ». Voici un assemblage de pinot noir (70%) et de cabernet franc ouvert dans sa jeunesse mais qui pourra attendre plusieurs années pour s'exprimer pleinement. Robe rubis sombre, nez complexe, encore marqué par le bois lequel ne masque pas le fruité, des baies noires écrasées, et les épices douces. Bouche ample et salivante, savoureuse, un brin tannique, du fruit et un peu de réglisse... Dans les 27 euros. Investir ...

Petites lampées de déjeuners pour cause de couvre-feu ...

- On termine par un vin bio, cette cuvée Les Sables 2019 de Château des Chaintres, un saumur-champigny, du cabernet-franc, vinifié par le maître de chai Jean-Philippe Louis, qui a jadis évolué dans le Centre-Loire, notamment à Menetou-Salon et à Sancerre. Un peu de technique ? « Vendanges manuelles, égrappage total, fermentation en cuves intox, macération d'une dizaine de jours, élevage en cuve intox sur lies fines sans soufre pendant quatre à cinq mois, filtration, léger sulfitage à la mise en fonction du pH du vin ».  Dans les verres ? Une belle robe grenat, un nez très flatteur, salade de fruits rouges aux épices, bouche souple et fraîche, friande, finale ciselée. Dans les 13 euros pour un vin plaisir à boire  entre copains, en partageant, par exemple, une excellente andouille ! N'est-ce pas Roger ?

Les petites lampées reviennent bientôt...

* Originaire du Royaume-Uni, cette campagne incite à ne pas consommer d'alcool après la soirée du Nouvel An et durant tout le mois qui suit...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Bonjour
Oui pas marrant,ça commence à faire long cette situation.Ici aussi,moins de repas-dégustations avec les passionnés du coin donc moins de bouteilles ouvertes.Espérons une année 21 plus agréable.Je citerais comme "petits bonheurs" en bouteille un grand Montcalmès 2011,un Belair Marquis d'Aligre 2000 somptueux(pas toujours le cas) des Vouvray secs de chez Foreau sur 2014,un Beaucastel 1999 et voilà.D'autres vins sympa aussi mais seul c'est moins drôle.
Meilleurs voeux à tous.
B Durocher
Répondre
A
Merci pour votre fidélité et vos commentaires. Je vous souhaite un beau millésime 2021...