Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Saint-Estèphe et Languedoc, les  petites lampées passent aux rouges ...

BOURGES. Nous avions au menu, ce dimanche, une magnifique côte de veau français. Cuite en cocotte, largement arrosée de son jus de cuisson. Et escortée de spaghetti aux cèpes. Pour tenir compagnie à cette jolie assiette, j'ai ouvert ce saint-estèphe 2012 de Cos-Labory dont j'avais déjà apprécié les vins, il y a deux ans, lors d'un mémorable déjeuner Au Taillevent. Le domaine ? Sur la colline de Cos (voir d'Estournel), dix-huit hectares plantés de cabernet sauvignon (60%) de merlot (35%) et de cabernet franc.  Les vins sont vinifiés en cuves avant d'être élevés en fûts de chêne dont 50% neufs. « Nous n'optons pas pour la facilité ou l'exubérance, aime à dire Bernard Audoy, propriétaire de Cos Labory, nous vinifions des vins justes, équilibrés et sincères ». Une philosophie qui se retrouve au fond du verre de ce 2012. Robe rubis sombre mais lumineuse, nez tout en subtilité, complexe, pointes de chocolat, de fruits cuits, de sous-bois, de grillé... Bouche suave, fruitée, ronde, tannins fondus, belle acidité... Et finale longue et fraîche. Du bonheur à 30 euros ! 

 

Saint-Estèphe et Languedoc, les  petites lampées passent aux rouges ...

- Autre saint-estèphe, dans la foulée, ce 2015 de Château Capbern. Un domaine d'une quarantaine d'hectares, autrefois baptisé Capbern Gasqueton du nom de la propriétaire de Calon Ségur, Denise Gasqueton, décédée en 2011. Depuis, 2012, les deux châteaux appartiennent à la société Sravenir, filiale du groupe Crédit Mutuel Arkéa. Ce millésime est un assemblage de cabernet sauvignon (65%) de merlot (28%) et de petit verdot, élevé dix-huit mois en barriques neuves pour 60%, le reste en barriques d'un vin.  Robe rubis aux reflets atramentaires, nez très raffiné, beaucoup de fruits, cerise noire et mûre,  escortés de notes florales, quelques épices en surimpression. Tannins fondus et serrés en bouche, à la fois fruitée et  fraîche, avant une finale qui tient la route. Dans les 26 euros.

Saint-Estèphe et Languedoc, les  petites lampées passent aux rouges ...

- On poursuit par ce corbières 2017 des Vignerons de Cascastel, et cette cuvée Essor 1914, un assemblage de carignan (30%) de grenache noir (30%) et de syrah issus de terrains argilo-calcaires. Ce qu'en disent les vignerons ? « Le carignan est vinifié en macération carbonique avec une cuvaison d'environ douze jours. Le grenache et la syrah sont vinifiés en fermentation traditionnelle en vendange égrappée trente jours sous marc. Élevage en barriques de chêne français pendant douze mois, cent pour cent fûts neufs. Chaque barrique est ensuite dégustée et sélectionnée par l'œnologue maison pour l'assemblage final avec du grenache non élevé en barrique qui permet d'apporter du fruit, de la gourmandise et de la sucrosité. Équilbre final : 80% boisé et 20% non boisé. » Tout est dit ou presque.  Cela donne un vin riche et chaud (14,5%), qui, derrière une robe très sombre, montre un insolent caractère avec ses notes de fruits noirs mûrs, de réglisse, de garrigue... Longueur impressionnante. On l'a ouvert à l'apéro, en préparant une omelette aux cèpes, chorizo et lardons... Chaud devant ! Dans les 15 euros. 

Saint-Estèphe et Languedoc, les  petites lampées passent aux rouges ...

- On termine cette petite série de rouges avec ce vin de pays 2014 du Domaine des Creisses  de Philippe  Chesnelong, dont j'avais déjà goûté la cuvée Les Brunes 2013 l'an dernier, ouvert par des amis à la fin d'un mémorable dîner. Robe très sombre, nez riche, des épices, des baies noires mûres, du grillé, du menthol, des notes de simples. Grosse personnalité en bouche, dense, épicée, sur des tannins caressants et une longueur très causante. Que du bon !

Les petites lampées reviennent bientôt...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article