Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Quand des pata negra labourent les vignes du Château de Tracy ...

POUILLY. Marguerite, Poulette et Nénesse ont procréé. Ils sont aujourd'hui quinze cochons à travailler en équipe dans les vignes du Château de Tracy. Mais pas n'importe quel cochon. Des cerdo ibérico, de race ibérique, avec lesquels on produit le fameux pata negra, un jambon sec de haute gastronomie...  

C'es une idée du directeur technique que Juliette d'Estutt d'Assay* a trouvée d'emblée « géniale » ! Celle qui dirige le domaine depuis 2014, explique que « cette innovation s'inscrit tout à fait dans la démarche de permaculture choisie par le château depuis plusieurs années». Les cochons sont donc arrivés du Morvan après les vendanges 2018, lâchés dans les vignes de trente et vingt ans. Ils ont « prouvé que leur présence réunissait économie et environnement, explique-t-on au château. En effet, non seulement en fouillant le sol, ils l'aèrent sur cinq à six centimètres de profondeur, mais ils mangent également les feuilles tombées, économisant des passages de tracteur et l'usure forte du matériel sur des sols de silex. Aujourd'hui, même si le temps économisé d'un côté a été compensé par la pose de clôtures électriques dans les parcelles et le soin apporté aux porcs, cette première année de teste s'est avérée très positive : aucune destruction des pieds de vignes, une meilleure pénétration des eaux de pluie, une surface égalisée par leurs piétinements qui comblent les fissures et moins de tassement qu'avec un tracteur...». L'histoire ne dit pas si Château de Tracy va se mettre, ensuite, à produire du jambon pata negra ... 

* Juliette d'Assay dirige depuis cinq ans ce domaine de trente-cinq hectares, en appellation Pouilly-sur-Loire, restauré par ses parents dans les années 1950. Elle a pris la succession de son frère Henri. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article