Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Pour oublier la grisaille, des petites lampées sudistes, ensoleillées, effervescentes  ...

BOURGES. Comme il faut TOUJOURS avoir un verre de vin au moment de se mettre en cuisine, nous avons ouvert, l'autre soir, cette cuvée La Dame de Piegros 2015  de Château de l'Aumérade, AOC Cotes-de-Provence avant de se mettre au piano... Le domaine ? Situé dans le Var, commune de Pierrefeu-du-Var, propriété de la famille Fabre, « il s'étend sur trois cents hectares dont quatre-vingts en Cru classé, sur des sols argileux et calcaires exposés à la brise de mer » et produit 85% de rosé, dont l'excellente Cuvée Marie-Christine, 10% de rouge et 5% de blanc. Le vin ? Un assemblage de syrah (74%) et de grenache, élevé à 50% en barriques de second vin pendant douze mois. Et ? Joliment sudiste, sur une robe d'un rouge sombre, un nez plein de caractère, viril, des baies noires et des notes florales, un peu de vanille dûe à l'élevage sous bois. Discours ferme en bouche, structurée, tannique mais superbement digeste. Bref, un rouge provençal avè l'assent ! Dans les 17 euros chez les cavistes.

Pour oublier la grisaille, des petites lampées sudistes, ensoleillées, effervescentes  ...

- Sud encore et un peu sur le même ton, cette cuvée Clos de Madame 2015 de Château Rasque, ouvert sur un repas tout champignons, tout cèpes, c'est de saison... La propriété ? Sur la commune de Taradeau, dans le Var, quinze hectares appartenant à la famille Bianconne, autour d'une bastide où l'on peut séjourner en chambres d'hôtes. Le vin ? « Un assemblage de syrah (80%) et de grenache, sur un sol argilo-calcaire très caillouteux (...), vendanges manuelles, cuvaison de vingt-cinq jours du seul jus de goutte, élevage de douze mois en foudre de chêne, chaque pièce de vigne étant isolée avant la terminaison de son vieillissement, l'assemblage n'intervenant qu'après. » On déguste ?  Un coup d'œil à la robe, rubis, avant le nez, complexe, riche, baies noires, torréfaction, humus, et la bouche, puissante, ronde, avec le retour du fruité sur des tannins souples et une finale épicée, allongée, sur une pointe de tabac... Dans les 20 euros ?

Pour oublier la grisaille, des petites lampées sudistes, ensoleillées, effervescentes  ...

- Des bulles ensuite, mais des bulles de Limoux,  avec cette Cuvée Héritage 2017 de la Famille Antech. Le terroir ? « Coteaux et terrasses argilo-calcaires en pente douce.» Les cépages ? Chardonnay, mauzac et pinot.La vinification ? « Méthode traditionnelle, vendanges manuelles, pressurage pneumatique immédiat, fermentation en cuves inox, assemblage et prise de mousse sur lattes en caves pendant dix-huit mois, dosage à huit grammes.»  On boit ? Effervescence chaleureuse dans une robe or pâle, nez fleuri et fruité, fleurs blanches printanières et fruits blancs, bulles fines en bouche, élégante, fraîche, légères touches de pommes vertes et d'agrumes avant une longue finale. Dans les 13 euros. Des bulles de cette qualité à ce prix-là ? Ben oui, pour vos tables de fin d'année ... 

Pour oublier la grisaille, des petites lampées sudistes, ensoleillées, effervescentes  ...

- Si vous préférez le champagne, pensez à la maison Claude Cazals à Mesnil-sur-Ogier et notamment à cette Cuvée Le Clos Grand Cru 2003, un Blanc de Blancs issu d'un clos comme il en existe bien peu en Champagne, tout juste une vingtaine sur l'ensemble de l'appellation. Relire ici l'histoire de ce lieu, racontée par Delphine Cazals, qui dirige aujourd'hui ce domaine familial, il y a deux ans au cours d'un déjeuner au Laurent. Ce qu'elle dit de ce 2003 ? « Vendanges manuelles, pressurage pneumatique, vinification en cuves thermo régulées et 10% passés en fûts de chêne, dosage à deux grammes, vieillissement de dix ans dans les caves de Mesnil-sur-Oger.»  Et donc ? Un extra-brut d'une rare qualité. Effervescence fine et vive  dans une robe or soutenue, nez exubérant, de la brioche et des zestes d'agrumes confits, de la noisette grillée, des pointes citronnées, énorme fraîcheur en bouche, des notes iodées, très belle persistance... 85 euros, certes, mais séduction assurée. 

Pour oublier la grisaille, des petites lampées sudistes, ensoleillées, effervescentes  ...

- On termine  cette série par un muscat de Rivesaltes 2018 de Chateau de Rey, propriété de Cathy et Philippe Sisqueille, qui pourrait parfaitement accompagner votre foie gras si le sucré vous inspire pour un tel menu... Le domaine ? « Situé sur la commune de Canet-en-Rousillon, à dix kilomètres de Perpignan, il domine les étangs littoraux et la Méditerranée à une altitude moyenne de quinze mètres. Adossé au Canigou, il étend ses quarante hectares sur des vallons caillouteux constituant la fin du massif des Aspres. » Le vin ? Un assemblage de muscat d'Alexandrie, majoritaire, dans les 85%, et de muscat petit grain, vendanges manuelles, fermentation partielle, 102 grammes de sucre résiduel, mise en bouteille précoce. » Et ? Robe d'or, nez très muscat, une boîte à arômes, des fleurs blanches, des fruits exotiques, de la muscade, légère amertume à l'attaque, bouche explosive, suave, très longue finale légèrement épicée. Dans les 12 euros. Si vous ne le servez pas en entrée, avec le foie, testez-le avec un fromage bleu, avant la sortie ...

Les petites lampées reviennent bientôt...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article