Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Un oratoire, une chapelle, un essentiel, une ballerine, une perle, des petites lampées ...

BOURGES. Un dimanche pluvieux, cent pour cent nébuleux, un feu de cheminée, des amis chers pour un déjeuner terre/mer et japonisant... Gambas et coques en bouillon de miso et algues kombu, filet de lieu grillé au tepanyaki, sauce soja, purée pommes de terre/panais/topinambour, fromages de chèvre, ananas gratiné... Pour l'apéritif, tapenades noire et verte, éclats de foie gras sur pain aux noisette et une Ballerine dont on suivra les jolis petits pas un peu plus loin...

Pour le repas, d'abord ce châteauneuf-du-pape blanc 2008, grand millésime, du Clos de l'oratoire des papes, propriété depuis les années 2000 de  la maison de négoce Ogier.  Du grenache blanc, de la clairette, de la roussanne, du bourboulenc... entre autres car l'appellation autorise un véritable festival de cépages. Robe d'un or soutenu, nez puissant et complexe, quelques pointes oxydatives, le vin a évolué vers des notes de fruits confits, abricot, ananas, et d'épices. Bouche ample, grasse, complexe, encore du fruit confit, des pointes de curry et de noisette, une finale toujours riche ...

Avec le mariage terre/mer, il fallait oser un rouge, jeune et fringant. Va pour ce bordeaux supérieur 2016, du Château Chapelle d'Alienor d'Alexandre et Aliénor... de Mallet Roquefort, les heureux propriétaires  de Château La Gaffeliere à Saint-Émilion. À dominante de merlot (80%) assemblé au cabernet franc, ce 2016, carafé dans la matinée, est un vin fraîcheur, joyeusement bavard au nez comme en bouche, sur les baies noires mariées à des notes d'épices douces et de réglisse, tanins souples et finale dynamique.

Un oratoire, une chapelle, un essentiel, une ballerine, une perle, des petites lampées ...

- On poursuit cette série des petites lampées par des idées de bulles pour faire pétiller les fêtes de fin d'année. Dans le registre méthode traditionnelle pas trop chers, dans les dix euros me semble-t-il, cette cuvée l'Essentiel de Monmousseau, un brut de brut, c'est à dire non dosé, à base de chenin blanc et de chardonnay.  Essentiel ... et séducteur quand on aime le brut ! Des dizaines de petits cordons de bulles qui s'éclatent joyeusement en surface, du fruit, un peu de pomme granny, du miel, des notes de grillé et d'amande, une vivacité qui réveillera les palais endormis et de légers amers dans une finale désaltérante... Pour ouvrir l'appétit de vos invités. 

Un oratoire, une chapelle, un essentiel, une ballerine, une perle, des petites lampées ...

- Une Ballerine, une ! J'ai déjà causé ici, avant l'été de cette cuvée de Gérard Bertrand, assemblage de chardonnay, de pinot noir et de chenin. Il en restait une bouteille... On a donc goûté à nouveau, à heure de l'apéritif, comme dit plus haut, en regardant la pluie tombée, ce crémant « brut étoilé » de Limoux, vieilli trente-six mois sur lattes. Bon, rien de changé depuis le mois de juin, on est bien sur une robe pâle aux reflets soutenus et un pétillant qui mousse joyeusement, au nez aromatique mêlant fleurs et fruits. En bouche, de l'élégance, de la fraîcheur, des fruits frais, de la vinosité, avant une finale crémeuse. Bon, on est dans les 30 euros...

Un oratoire, une chapelle, un essentiel, une ballerine, une perle, des petites lampées ...

- Si vous préférez le champagne, mais c'est plus cher, dans les 70/80 euros ... voici une autre proposition : la cuvée Perle d'Ayala qui n'est produite que dans les grands millésimes, ici le 2005, uniquement composée de grands crus, 80% de chardonnay de Chouilly et de Le Mesnil-sur-Oger et 20% de pinot noir d'Aÿ. Vieillissement  sous bouchon de liège pendant plus de huit ans et dosage à six grammes... Une robe dorée haute couture, un nez subtil et complexe, pâte d'amande, financier, agrumes, bouche ciselée d'une extrême précision, notes de fruits blancs et de fruits secs,  qui viennent rejoindre celle de pâtisserie, finale très gourmande. Oui, assurément un vin de fêtes !

Les petites lampées reviennent bientôt...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article