Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Paolina Vigneron, folle à cause de Sancerre, se souvient du pouilly des Jeannot...

PAOLINA VIGNERON. Pas de blague sur son nom, on la lui fait à chaque fois sans savoir qu'elle a, en plus, habité rue des Vignes… « La route était donc toute tracée ! » sourit cette Berruyère pure souche, qui a grandi à Plaimpied-Givaudins. « Après un bac littéraire, j’ai fait un BTS en communication à l’Estacom de Bourges, et je suis ensuite partie faire une licence en événementiel, relations presse et publiques à l’Iscom de Lyon, poursuit-elle. C’est pendant mes stages que j’ai réellement découvert le monde du vin et de la gastronomie. Après mon cursus j’ai décidé de monter mon auto entreprise et de travailler avec une agence lyonnaise. L’aventure a duré un an et a été très formatrice.» Aujourd'hui en charge de la communication au Bureau interprofessionnel des vins du Centre-Loire à Sancerre, depuis plus de deux ans, Paolina Vigneron ajoute : « Très timide plus jeune, aujourd’hui je me plais dans ce monde de relations et d’échanges qu’est le vin. Mais au fond je crois qu’il a toujours fait partie de moi ! »
Ce qu’elle aime ?  «  M’émerveiller devant de beaux nuages, de beaux paysages, de beaux monuments. J’aime voyager, partir seule ou accompagnée. J’adore la photographie, lire de bons bouquins ou regarder des films. J’adore passer du temps avec mes amis autour d’un apéro ou d’un bon repas (toujours avec du bon vin). Les choses simples ! » Bienvenue chez les folles et fous de vin, Paolina.

 - Le déclic ? Le premier verre ? Oula… Le tout premier verre précisément je ne m’en rappelle pas, mais je me souviens des longs repas en famille chez mes grands-parents paternels à la Charité-sur-Loire. Grand amateur de vin, mon grand-père possédait de jolis flacons et me faisait boire du sancerre de chez Lucien Crochet, un ami à lui. Je devais avoir quatre ou cinq ans ! Ça m’a marqué. Je pense qu’il serait fier aujourd’hui de voir que c’est cette voie là que j’ai suivie.

- Une devise ? « Celui qui prend des risques ne perd jamais rien, celui qui ne risque rien ne gagne jamais rien. »

- Le meilleur souvenir de dégustation ? C’était lors d’un voyage de presse en septembre 2016. J’accueillais une journaliste japonaise spécialisée dans le vin et la gastronomie. Nous sommes allées au Domaine Jeannot et fils à Saint-AndelainNous avons dégusté plusieurs pouillys-fumés  puis fait une verticale sur le pouilly Signature du domaine. 2015, 2014, 2012, 2011, 2009, 2002, 1997, 1995… Puis est arrivé le millésime 1990, mon année de naissance. Réputée comme une très belle année, j’ai quand même pris une claque lorsque je l’ai dégusté : l’attaque était superbe, les arômes étaient encore très présents, sur les fruits à chair blanches et les agrumes. Je ne m’attendais pas à une telle fraîcheur, cela m’a énormément marqué.

- Cave ? Armoire ? Combien de bouteilles ? C’est compliqué… Je ne possède pour l’instant qu’une petite cave électrique de seize bouteilles. Étant donné que j’en possède plus de 250, elles sont un peu partout dans mon appartement, ça fait rire les copains ! Il faut que je pense à investir, ou à en mettre dans la jolie cave voûtée chez mon père.

Les trois coups de cœur du moment ?

. Gewurztraminer  Grand Cru Altenberg de Bergbieten 2016 du Domaine Loew en AlsaceJ’ai découvert ce domaine sur le Salon des vins de Loire à Angers l’année dernière où j’avais dégusté le 2015 que j’avais déjà beaucoup aimé. De passage en Alsace cet hiver, je suis allée au domaine où j’ai pu déguster le 2016, que j’ai adoré. Minéral, ample, des arômes de rose, de lavande et de fruits très mûrs… J’ai été obligée d’en rapporter un carton.

. Beaune 1er Cru Les Avaux 2016 du Domaine des Clos. J’ai eu l’occasion de déguster les vins de Grégoire Bichot lorsque je travaillais à mon compte à Lyon. J’avais beaucoup aimé les vins et le personnage. Ses vins sont très élégants, et particulièrement celui-là que j’ai adoré. Riche, puissant, avec des arômes de griottes et des notes légèrement chocolatées. Un gros coup de cœur.

. Touraine Chenonceaux blanc 2016, du Domaine de La Renaudie. C’est au cours de la superbe Soirée sous les Étoiles au chateau de Chenonceau il y a deux ans que j’ai découvert ce domaine et pour qui j’ai eu un vrai coup de cœur, notamment pour ce vin-là. Très élégant, avec une belle intensité aromatique, des notes de poire et d’abricote bien mûrs. Un vrai délice. J’ai pu déguster le 2017 cet été à cette même soirée, aucune déception !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article