Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Les petites lampées aiment les bordeaux, ceux des bois et les autres itou  ...

BOURGES.  Ils sont là ! Ne le dites à personne, surtout... Il y a une paire de jours, partis espionner la forêt pour préparer l'avenir, mon Doudou et moi sommes tombés sur des mines ! De bordeaux, de bolets, de têtes de nègre ( je ne sais pas si on a l'encore le droit !) des têtes sombres, quoi !  Bref, au bout d'une heure, nos paniers étaient pleins et nous sommes rentrés avec la banane !

Avec les raboteux, les trimouilles, les bolets orangés, et tous les autres boletus, les bais, les bronzés, de pins, j'en passe ... j'ai préparé le potage du soir, bien relevé au poivre blanc, servi avec une tombée de persil, de cerfeuil et du parmesan en copeaux. Avec les bordeaux et les pieds rouges, une généreuse poêlée, escortée du boudin de l'ami Morin, non, vous ne le connaissez pas, c'est le boucher de mon quartier, il fait le meilleur boudin du monde et, ça tombait bien, le mardi, c'est le jour du boudin... Il était donc tout frais !

Avant de passer à table, sur des tomates poires farcies au magret de carnard séché mélangé à la mertensisa maritima*, et des tranches de cèpes grillées, proposées sur des rondelles de pain barbouillées d'huile d'olive, un chablis. Mais de la Chablisienne, une des plus belles coopératives françaises. La Grande Cuvée, 1er Cru 2014. Un joli vin, pur chardonnay évidemment, à la robe limpide et brillante, légers reflets vert tendre, nez sur les fruits jaunes, léger boisé, quelques épices en balade, bouche dense, grasse, ronde, des notes de craie, de fruits blancs mêlées à des effluves florales, une belle persistance acidulée. Sympa. 

Avec les cèpes, place à d'autres bordeaux. D'abord un saint-émilion 2014, Clos La Gaffelière, le second vin de Château La Gaffelière, Premier Grand Cru Classé de Saint-Émilion, la belle propriété de la famille de Malet Roquefort. Un assemblage de merlot, 85% et de cabernet franc, élevé une dizaine de mois dans des barriques d'un an. Belle robe sombre, presque atramentaire, nez déjà très ouvert aux effluves de fleurs, un peu de violette discrète, des notes épicées, de fruits noirs, une attaque fruitée sur de fins tanins, aspérités fuyantes, qui laissent une bouche tapissée, soyeuse, précédant une finale finement boisée.  

On avait également carafé ce saint-julien 2011, de Château Gruaud-Larose, servi en même temps, histoire de faire des aller-retour entre les deux vins... Peut-être convenait-il mieux aux champignons et moins au boudin. Peut-être !  Ici, c'est le cabernet sauvignon qui domine, 59%, assemblé au merlot (28%) et au cabernet franc. Élevage, en barriques neuves à 40%, de dix-huit et vingt-quatre mois. Belle robe aux reflets légèrement violacés, très joli nez, tout en finesse, un peu floral, sur des fruits mûrs et des pointes épicées, exotiques. Attaque vive généreuse, d'une immense fraîcheur. La bouche est souple, tapissante, juteuse et soyeuse, la finale, immense, fruitée, avec en retour un peu de tabac blond et une légère acidité rafraîchissante. Sûr, il  fera encore merveille sur la récolte de bordeaux, les champignons, de 2022...

Les petites lampées reviennent bientôt...

* Herbe à huître ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article