Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Au Laurent, les petites lampées se recueillent devant la Chapelle du Clos Cazals ...

PARIS. Voilà vingt ans que Delphine Cazals dirige la propriété familiale. Depuis la mort de son père. Elle a depuis tracé sa route. Imposé son style. Avec une belle idée en tête: « Faire des champagnes vineux, de caractère, peu dosés, de gastronomie, abordables ». Ses vins sont aujourd'hui une référence.

Cazals ? Non, pas franchement un nom champenois. Ça vient du Sud, de Catalogne. L'arrière-grand-père de Delphine, Ernest, était tonnelier dans l'Hérault quand il  tomba amoureux d'une Champenoise au cours d'un escapade dans le Nord... Il y resta donc pour créer la Maison Claude Cazals. Aujourd'hui quelque dix hectares, sur la Côte des Blancs, se répartissent entre Oger et Mesnil-sur-Oger,  le paradis du chardonnay. Bon an mal an, dans les soixante-dix mille bouteilles. « Nous veillons à la qualité de nos vignes, explique Delphine Cazals, en appliquant des soins œnologiques particuliers, alliant des techniques ancestrales et modernes, en adoptant une viticulture raisonnée durable, avec enherbement des parcelles, travail du sol... »

Pour présenter ses bébés, la pétillante Delphine Cazals a accepté de quitter pour un temps sa « chère campagne » pour un restaurant très en vue de la capitale, le Laurent, une institution située rue Gabriel, là même où se trouve le studio de Michel, oui papy... Au piano, le chef étoilé Alain Pégouret. Sur la terrasse, en attendant les invités, avec quelques mise-en-bouches, Delphine Cazals avait choisi  de faire découvrir sa Cuvée Vive , un extra brut Grand Cru, cent pour cent chardonnay, dosé à trois grammes. Vineux, sur une jolie trame, puissant et élégant à la fois, sur des notes un peu salines. « Une partie de raisins de Mesnil-sur-Oger, pour la minéralité et l’autre d’Ogre, pour la rondeur » explique la vigneronne.

Au Laurent, les petites lampées se recueillent devant la Chapelle du Clos Cazals ...

À table, pour escorter le plat emblématique de la maison, la fameuse araignée de mer dans ses sucs, en gelée, place à la Cuvée Carte Or. Une robe pâle, des reflets vert tendre, nez superbe, tout en finesse, sur des notes de grillé, une bouche fraîche, des notes d'agrumes, d'iode et une jolie finale explosive. Accord parfait avec l'araignée... 

Champagne Cazals possède un petit trésor, situé dans le village d'Oger. Un clos, d'une superficie de 3,70 hectares, un des plus grands de la Côte des Blancs. Les vignes d'ici ont été plantées par le grand-père, dans les années 1950. Et n'ont jamais été arrachées depuis. « C'est notre jardin de curé, intime, choisi de longue date par nos ancêtres, pour son exposition, sa géologie, sa douceur, c'est un microcosme que ceint un mur qui vous entoure comme deux bras affectueux pour vous presser sur le cœur, qui protègent les vignes et assurent aux raisins une maturité exceptionnelle, un degré de sucre supplémentaire grâce à la réverbération » s'enflamme  Delphine Cazals.

« En 1995, j'ai voulu vinifier un clos, je suis un peu têue... confie-t-elle, C'est je premier que j'ai fait, mon père n'était pas franchement d'accord, il pensait qu'il fallait laisser ça aux grandes maisons. J'ai fait cinq cent bouteilles, dosées à trois grammes. À la dégustation, c'était mon goût, c'était le champagne qui me plaisait. Vous avez dans vos verres Le Clos 2005, un champagne de repas que j'imagine très bien sur des champignons.» Des cèpes, tiens, c'est de saison... Ici servi sur une très belle assiette, un saint-pierre doré aux amandes, sauce raisin et curry, feuille de romaine farcie au riz parfumé.  Accord parfait. Derrière une robe or foncé, une effervescence évanescente, une belle complexité aromatique, du grillé, des fruits confits, du miel, en bouche des notes beurrées, une finale longue et généreuse.  Avec le même plat, la cuvée La Chapelle du Clos 2011, « un clos dans le clos, une petite parcelle qui jouxte la chapelle, explique Delpphine Cazals, et une cuvée parcellaire produite pour la première fois en 2006 pour laquelle j'ai créé une étiquette spéciale reproduisant la croix d'une poignée de porte de la chapelle ». Là encore un joli brut, dosé à six grammes, d'une grande ampleur aromatique , sur un nez fin et élégant, notes de grillé, de fruits secs, de fleurs, d'épices, finale aérienne. Une bénédiction sur le dessert, une parfaite tarte aux quetsches ...

Les petites lampées reviennent bientôt...

- Les champagnes Cazals sont en vente entre 22 euros (Carte Or) et 75 euros (Le Clos Cazals 2005. Magnum de La Chapelle du Clos 2011 à 106 euros).

 

Au Laurent, les petites lampées se recueillent devant la Chapelle du Clos Cazals ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article