Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Denis Garret, fou des vins d'Afrique du Sud, se souvient d'une verticale de Dom Pérignon...

DENIS GARRET. Passionné ! « Le mot est trop faible », pour notre Fou de vin du jour qui parcourt les vignobles des cinq continents depuis plus de trente années. Installé depuis deux ans, en Afrique du Sud, Denis Garret officie comme "Group Sommelier" du vignoble Benguela Cove à Hermanus. Racheté en 2013, par « une femme d’affaires d’exception ». Penny Streeter dirige, depuis cette date, trois restaurants dont le Benguela on Main, une des meilleures tables de la région du Cap. Denis Garret en est le responsable de salle, dirige une équipe d'une dizaine de personnes et organise des cours hebdomadaires pour les clients autour des spiritueux ainsi que des verticales de grands vins locaux.

Résumer en quelques phrases l'incroyable parcours de Denis Garret n'est pas facile... Il a débuté sa carrière dans les années 1980 comme chef de pub à la Revue du vin de France. À la fin des années 1990, il a parcouru en moto, pendant dix-huit mois, sac au dos, l'ensemble des vignobles de la région du Cap et dégusté la quasi totalité des 4.500 vins que compte l'Afrique du Sud... Juge et expert des vins de cette région, chef sommelier de quelques belles places comme le Lanesborough, à Londres ou en Afrique du Sud, dégustateur reconnu en Champagne, à Cognac, ancien négociant en grains à Montdidier dans la Somme, technicien agricole spécialiste des sols et des phytosanitaires, pendant quinze ans, pilote moto et team manager sur le rallye Paris-Dakar... Tout ça, tout ça ! Sa vie est un vrai roman. Ce passionné de cuisine, de chasse et de pêche, se considère comme un « aventurier du vin » et résume sa philosophie ainsi : « Qu’importe les moyens, mais un grand vin se doit d’être dégusté de nouveau en compagnie du chef de cave ou du vigneron qui l’ont élaboré, sur place à la propriété. Donc, on y va ! À pied, à vélo, à cheval, en moto, en voiture, en train, en bateau, en avion, en hélico ! Juste trouver le temps et les moyens, seule solution pour découvrir le terroir, mémoriser la vigne, le vignoble, la cave, déguster en barrique, écouter celui qui a fait le vin. Après cet investissement personnel près des "faiseurs de vins" on a alors un VRAI droit et un DEVOIR : celui d’en parler, et de les faire découvrir, aux amis, aux clients des restaurants ou des boutiques. Les joyaux dégustés sont dans ma mémoire, quand je les ai re-dégustés sur place.» Parmi ses grands souvenirs, la visite de la cave de Massandra, à Yalta, en Crimée. En France, c’est en Champagne, en Bourgogne, à Cognac et en Corse qu'il dit s'être fait le plus plaisir mais son village préféré est près de la Loire : Sancerre, où il a habité en 2012 et 2013... Et où il revient régulièrement pendant ses vacances. Merci d'avoir rejoint les Fous !

- Le déclic ? Mon parrain Louis Wallef, agriculteur renomme à Rubescourt dans la Somme, me faisait découvrir, dès l’âge de douze ans, un vin sur chaque plat. Vouvray, montlouis, côtes-du-rhône du village de Laudun, pomerol de Château Gazin, médoc de Château la Lagune, champagnes Lanson, apportés par Victor Lanson en personne, à la fameuse chasse de perdreaux gris en battue organisée par mon parrain... Les déjeuners de Louis (mon deuxième prénom) étaient fabuleux, autour de produits "récoltés" par ses soins, c’était unique ! Bécassines, bécasses, perdreaux, sarcelles, colverts, truites farios, anguilles, perches, brochets, trompettes de la mort, girolles, morilles, sangliers, chevreuils... Le must : sa recette d'escargots au beurre de cerfeuil. Trop grands souvenirs, j'en verserais quelques larmes !

- Le premier verre ? Je ne sais pas, probablement un champagne lors de communions célébrées autour de repas en famille !

- Une devise ? "I do what i want ! " ( "je fais ce que je veux") et une phrase en français également : "La passion de convaincre".

De gauche à droite, Andreas Larsson, Meilleur Sommelier du Monde 2007, Denis Garret au centre et Richard Juhlin, expert mondial du champagne.

De gauche à droite, Andreas Larsson, Meilleur Sommelier du Monde 2007, Denis Garret au centre et Richard Juhlin, expert mondial du champagne.

- Le meilleur souvenir de dégustation ? Les Grands Champagnes Dom Pérignon, œnothèque sur quarante ans, à l’Abbaye Haut Villers avec Richard Geoffroy, Jean Berchon et Andréas Larsson pour la remise de titre de Meilleur Sommelier du Monde 2007 à Reims : 1959, 1964, 1973, 1985 et le rosé 1988

- Cave ou armoire? Combien de bouteilles ? Zéro bouteille en France, zéro bouteille en Afrique du Sud. Ai eu une très belle cave avant de divorcer ! Mais j'ai toujours en main de très belles bouteilles a ouvrir.

- Les trois coups de cœur du moment ?

. Champagne Charles Heidsieck , Blanc des Millénaires 1995. Intemporel, gourmand et incomparable. Le champagne !

. Meerlust, merlot 1989, le grand vin d’Afrique du Sud, fait par Georgio Dalla Cia, noté à 100/100 et sur ma carte des vins, servi au verre à 15 euros au Cap. Meilleur que Masseto et Petrus de la même année, dégustés en même temps ! "Nez de sous-bois humides d’automne, prunes, soyeux en bouche, notes de fumées, boite à cigares, truffe, très belle persistance pour un vin de vingt-sept ans. On se croirait à Pomerol ! »

. L' Anglore 2015 rosé, un tavel d'Éric Pfifferling, « le grenache noir et du cinsault, vin nature d’une grande élégance. Senteurs de rose, d’épices, légèrement mentholé », un très grand succès à la Cave Augé, où je travaille cet été, à Paris, histoire de rester un peu plus longtemps en France...

À Londres, réveillon pour le passage à l'an 2000 avec cent vingt invités au Lanesborough : 2.000  livres/personne pour le dîner !

À Londres, réveillon pour le passage à l'an 2000 avec cent vingt invités au Lanesborough : 2.000 livres/personne pour le dîner !

Commenter cet article