Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Luis et Muriel, fous de vignes en vin, se souviennent d'un château-chalon de Bourdy...

LUIS ARAUJO MEIXEDO ET MURIEL LANGUENET. Deux pour le prix d'un ! Un fou, Luis Araujo Meixedo. Une folle, Muriel Languenet. Ils sont les créateurs d'un site de vente en ligne... Né dans une région où l’Alvarinho est roi, Luis s’est initié très tôt au vin dans les vignes familiales où l’on cultivait traditionnellement le célèbre vinho verde. Depuis, sa passion pour les vins du Portugal ne l’a jamais quitté. Mais c’est le monde de l’informatique qui l’amène à rencontrer Muriel, Alsacienne d’origine. Elle lui fait découvrir les rieslings et pinot gris de sa région, mais également le trésor du Jura, le célèbre Vin Jaune. En 2013, tous deux décident de rompre avec leurs activités professionnelles dans la banque pour se consacrer pleinement à ce qui sera leur nouveau métier, celui de caviste indépendant. Ils décident alors de retourner sur les bancs de l’école du WSET pour y obtenir le diplôme de niveau 3 en Vins & Spiritueux, avant de lancer quelques mois plus tard De vignes en vin, un site de vente en ligne de vins sélectionnés par leurs soins. « Si nous portons un vif intérêt aux vins en amphores dont l'élégance et la finesse nous ont séduit au point d'en faire notre cœur de gamme, nous recherchons avant tout des vins plaisir, des vins sincères qui sont le reflet de leur terroir et qui nous ont conquis par leur équilibre et leur richesse aromatique. Mais le plus important est ce que l’on a dans le verre : du plaisir et de l’émotion » annoncent-ils en chœur ! Merci.

- Le déclic ? Le premier verre ? Plutôt que de parler du premier verre, qui dans le cas de Luis était certainement un verre de porto … c’est plus d’une prise de conscience dont il s’agit. Lors de soirées de dégustation privées organisées par un ami et fin connaisseur, nous avons véritablement été surpris et émerveillés par la diversité de vins de grande qualité en provenance d’horizons aussi différents que la Nouvelle Zélande, l’Italie ou encore l’Espagne. Il est plus là le déclic, dans cette émergence qualitative internationale bénéfique à la fois pour les amateurs de « bons » vins qui peuvent ainsi accéder à une offre variée et superbe, plus ou moins typique, mais également bénéfique pour les vins français puisque la meilleure façon de tenir la dragée haute à cette concurrence est encore de continuer à faire usage de notre savoir-faire national - ancien et précieux – et de valoriser un trésor exceptionnel : notre terroir. Et force est de constater que le vignoble français fait preuve à l’heure actuelle d’une vitalité et une qualité remarquable dans sa production.

- Une devise ? Henri Jayer avait coutume de dire que « le vin est plus affaire de philosophie que de technique ». On ne peut que lui donner raison dans la mesure où la dégustation doit rester un moment de plaisir et de partage. Le vin fait appel à nos sens : l’émotion qui se crée est très personnelle et participe à cultiver la beauté des différences. On pourrait d’ailleurs compléter avec cette belle citation de Salvadore Dalí : "Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets " !

- Le meilleur souvenir de dégustation ? Sans conteste un château-chalon 1973 du Domaine Jean Bourdy à Arlay, beau à pleurer ! D’une finesse et d’une complexité inouïes. Tellement inoubliable qu’on a religieusement conservé la bouteille - vide ! – chose que l’on ne fait pas habituellement …

- Cave ou armoire? Combien de bouteilles ? De par notre métier, nous avons la chance de pouvoir disposer d’une cave enterrée qui nous permet de conserver nos vins à l’abri de la lumière et dans des conditions de température idéales. Ce sont deux facteurs sur lesquels on est particulièrement vigilants car ils conditionnent la capacité d’un vin à bien vieillir. Nous aimons les vins de garde, et nous conservons d’ailleurs pour notre réserve personnelle quelques bouteilles destinées à évoluer et à gagner en émotion. D’ici dix ou vingt ans ces flacons nous offrirons une complexité aromatique bien particulière qui ne se révèle pas avant. C’est aussi ça la magie du vin.

- Les trois coups de cœur du moment ?

. Le Domaine Viret et sa cuvée Dolia 5 – Temps du Grenache 2009 rouge - une cuvée rhodanienne issue d’une vinification et d’un élevage en jarres de terre cuite. Philipe Viret est un pionnier dans ce type de vinification. Le résultat est ici remarquable avec ce vin puissant à la bouche généreuse mais d’une grande finesse aux fragrances de mûres et de myrtilles. Un des plus beaux ambassadeurs des vins en amphore.

. Corton Renardes Grand Cru 2012, rouge forcément, du Domaine Maillard. Une longueur et une complexité à couper le souffle. Et pourtant, on l’a bu jeune, c’est plus un vin de longue garde… Qu’est que ce sera dans quelques années quand il aura développé des arômes tertiaires ?
Racé, sauvage, fumé, une persistance aromatique marquée par des notes épicées mêlées à une très subtile animalité : il est déjà fascinant !

. La cuvée 1901 de Château Beausejour, millésime 2007, bordeaux rouge en AOP Montagne Saint-Émilion, une appellation injustement méconnue, magnifiée par les vins de Pierre Bernault qui a su tirer le meilleur des très vieilles vignes de son terroir pour donner vie à cette cuvée 50% cabernet franc / 50% merlot dont « fruit » est le maître-mot. Au delà du vin, Pierre se décrit lui-même comme un "paysan-vigneron" qui prône une intervention minimaliste dans les vignes pour des vins " qu’il sulfite à peine afin d’assurer une conservation honnête en bouteille". Bordeaux peut encore surprendre, et 1901 en est l’exemple.

Commenter cet article