Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

®Frédéric Basset
®Frédéric Basset

AURÉLIE ROVNANIK. Attachée de presse depuis dix ans dans le secteur du vin, des spiritueux, de la gastronomie et du CHR, Aurélie Rovnanik a monté, en 2014, à Paris, sa propre agence indépendante de relations presse–relations publiques baptisée Born to be wine. Qui êtes-vous, Aurélie ? « Une épicurieuse, qui aime partager et rassembler, répond-elle. D’origine normande et petite-fille d’agriculteur, j’ai été habituée dès l’enfance aux grandes tablées rassemblant famille et amis autour des produits de la ferme, cuisinés à feu très doux. La maison familiale est entourée de pommiers, âgés entre dix et plus de soixante ans. Mon père produit encore aujourd’hui du cidre de Noël, du cidre fermier et quelques litres d’eau-de-vie de cidre. Ma madeleine de Proust, ce sont les arômes de pommes qui fermentent avant ceux du raisin. » Après une prépa littéraire, un cursus en histoire qui lui sert beaucoup « pour comprendre celle du vin et des spiritueux » puis une école de communication à Lille, Aurélie Rovnanik a débuté chez Françoise Canetti, qui « en plus de diriger une agence de communication dans la gastronomie, dirige également le premier label musical indépendant français, les Productions Jacques Canetti ». « J’y ai découvert l’œnotourisme en Val de Loire, en écoutant Brel, Brassens, Reggiani et Vian. Le doigt était dès lors pris dans l’engrenage. » explique-elle. Merci d'avoir tenu cette promesse de répondre au questionnaire et bienvenue dans la bande des Fous/Folles de vin...A bientôt, Aurélie, autour d'un verre.

- Le déclic ? Le premier verre ? Le châteauneuf-du-pape du Domaine Lucien Barrot & fils vers l’âge de quatorze ans, à Noël. Deux magnums sur la table. L’un âgé de quatorze ans, comme moi, l’autre beaucoup plus jeune, trois ou quatre ans. Je me suis demandée comment un même vin pouvait avoir autant évolué avec l’âge.

- La devise ? "À cœur vaillant, rien d’impossible" - une devise qui doit parler au Berruyer que vous êtes. Et "Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous" … - et ils sont d’autant plus faciles un verre de vin à la main, aurait sans doute précisé Paul Eluard, mais cette précision n’est pas restée à la postérité.

- Le meilleur souvenir de dégustation ? Château-d'yquem 1982 lors d’une dégustation de grands blancs avec Michel Bettane. Moi qui n’aimais pas les sauternes, cette merveille m’a fait changer d’avis. Lorsque Michel Bettane, en plein commentaire de dégustation, lance « vous sentez cette poire comice bien juteuse », je jubile. C’est exactement l’expression que j’avais en bouche, sans trouver les mots pour l’exprimer.

-Cave ou armoire? Combien de bouteilles ? Cave. J’aimerai beaucoup avoir en plus une armoire mais les appartements parisiens sont malheureusement trop petits et mon bureau pas encore assez grand. Entre les miennes et celles de mes clients, je ne saurai pas dire exactement : une petite centaine. J’ai aussi quelques belles bouteilles dans la cave de mes parents, celles que je n’ouvrirai que dans longtemps.

- Les trois coups de cœur du moment ?

. Domaine Giachino. 2012. Vin de Savoie, mondeuse. Un vin à forte personnalité, à la fois gourmand et désaltérant. Parfait pour accompagner un repas, de l’apéritif au dessert. Simple. Efficace. Et qui en étonne plus d’un(e).

. Les Chamois du Paradis 2012 de Jean-François Ganevat. Côtes du Jura, chardonnay ouillé. Avec du morbier sur une tranche de pain grillé, le bonheur, tout simplement.

. Domaine de la Citadelle, Châtaignier 2013. Luberon rouge. Un domaine avec lequel je travaille et dont, bien évidemment, j’aime les vins. L’un ne fonctionne pas sans l’autre. Croquant et soyeux : le vin de l’amitié, parfait pour une soirée entre copines autour d’une viande rouge et d’éclats de rire.

Commenter cet article

Durocher 14/10/2015 10:20

Bien d'accord avec Aurélie concernant ce Giachino 2012 et aussi pour les Chamois du Paradis 2012.
Bernard