Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Petites lampées de jours ordinaires, entre les fêtes et en attendant le Nouvel An ...

Bourges. Je vois bien, ici et là, qu'il y a une certaine propension, en ces périodes de fêtes, à photographier tout ce qui s'est bu et à partager virtuellement ces jolis flacons... Je ne vais donc pas en rajouter, ni vous faire part de mes agapes et des bouteilles débouchées pour le réveillon et le jour de Noël, mais plutôt vous proposer quelques petites lampées de jours plus ordinaires, entre les grands rendez-vous de cette fin d'année. En attendant la prochaine.

- Ce dimanche midi, pas de poulet mais un joli lapin de ferme, cuisiné avec des lardons et servi avec un chou kale, je raffole de ses grandes feuilles frisées. Et on boit ? Pourquoi pas ce saint-julien 2004 de Château Moulin Riche, niché au fond de la cave depuis quelques années. Ce millésime date de l'époque où Moulin Riche était encore le second vin de Château Léoville Poyferré, ce qui n'est plus le cas depuis 2009. J'ai ouvert ce flacon en début de matinée, sans carafer. Superbe nez, riche et complexe, sur des fruits noirs, de légères notes de sous-bois et de violette, bouche ronde et soyeuse, « qui fait penser à du velours », me dit-elle... Tanins bien fondus, des touches de tabac et de cuir. Très jolie bouteille, mais c'était la dernière...

Petites lampées de jours ordinaires, entre les fêtes et en attendant le Nouvel An ...

- Changement de décors, cette fois la vallée du Rhône, vue sur le Ventoux et les Dentelles, avec ce rouge du Domaine de Pisan, propriété, depuis 2006, de la Cave de Rasteau qui me l'a expédié. Un 2010, millésime qualifié, ici ou là, d'anthologie... Le domaine ? Sept hectares de galets roulés d'où proviennent les trois cépages de cet assemblage, grenache (50%), syrah (40%) et mourvèdre. La fiche technique ? Vendanges manuelles, fermentation en cuves béton, élevage en barriques neuves pour 40%, le reste en cuve. Et tout cela donne un très joli vin, chaud comme un galet lézardant au soleil, plein de fruits mûrs, légères notes boisées et retour floraux, sur une bouche pleine et ample, chocolat noir et tanins aimables, finale fraîche, riche et longue. 13 euros chez les cavistes.

Petites lampées de jours ordinaires, entre les fêtes et en attendant le Nouvel An ...

- J'ai des amis étranges qui ouvrent du rouge sur leur plateau de fromages. Je ne suis pas fan, je l'ai déjà écrit... Et dit. Mais bon, c'est ainsi. Chez eux, je ne mange donc pas beaucoup de fromages mais, il y en a un, je bois leur vin ... Ici le bourgueil 2006 du Domaine de la Chevalerie des Caslot. On l'a dégusté en pensant à Pierre Caslot, décédé au mois d'octobre, me souvenant d'une incroyable dégustation de vieux millésimes qu'il avait organisée il y a deux ans, avant la Paulée des vins de Loire... « Ça c'est du cabernet ! », comme dit le voisin de table en se servant un bout de maroilles, si, si... Du cabernet franc ... du collier, sur un nez incroyable, plein de fruits, des épices et, en bouche, des notes de marc, de pruneaux cuits sur une colonne vertébrale souple. Tanins délicats et caressants avant une finale un peu poivrée puis légèrement truffée... Joli moment sans fromage !

Petites lampées de jours ordinaires, entre les fêtes et en attendant le Nouvel An ...

- Faire la cuisine sans avoir un verre de vin devant soi, c'est franchement pas possible. Histoire de se mettre en bouche, j'ai donc ouvert ce saint-estèphe 2012 de Château Lafon-Rochet. Si vous vous balladez dans le coin, vous reconnaîtrez aisément la chartreuse jaune, jaune comme l'étiquette, cernée de vignes. Quarante-deux hectares, propriété de la famille Tesseron depuis plus de cinquante ans. Cabernet sauvignon (67,5%), merlot (31%) et petit verdot pour cet assemblage réussi, élevé seize mois en barriques neuves et d'un an. Un peu sévère à l'ouverture, sur des tannins encore bien marqués, il montre une vraie richesse et une belle complexité une fois carafé. Attendre un peu pour les prochaines bouteilles. 30 euros chez les cavistes.

Petites lampées de jours ordinaires, entre les fêtes et en attendant le Nouvel An ...

- Avec les huîtres, ce muscadet les Perdrix 2013, une des Bêtes Curieuses des deux Jérémie, Huchet du domaine de la Chauvinière et Mourat, le roi des Fiefs vendéens...Un joli melon qui ne le prend pas, issu du terroir granitique de Clisson, tout en fraîcheur, salivant, sur des notes légèrement iodées en parfait accord avec ces marennes numéro 3 dégustées à l'heure du laitier... Un peu plus tard, sur le marché, cette fois à l'heure de l'apéritif, encore avec des huîtres qui requinquent, nous avons eu droit, en primeur si l'on peut dire, au nouveau millésime, le 2014, fraîchement mis en bouteille, du quincy des Berrycuriens. Ç'est bien de connaître certains moines ... Verres en plastique et comptoir improvisé sur des caisses de poisson, mais l'essentiel était bien dans la bouteille partagée avec quelques Fous de vin de passage. Un quincy qui rend hommage au sauvignon sans céder au côté variétal, plein de fraîcheur mais assez rond, sur une finale légèrement citrique. C'est en vente, si... Cherchez le moine ! 8,50 euros.

Les petites lampées reviennent bientôt...

Petites lampées de jours ordinaires, entre les fêtes et en attendant le Nouvel An ...

Commenter cet article

Anne 26/02/2015 14:36

Superbe!

Fulmer 30/12/2014 15:23

Tant de suavité ne nuit pas à la santé, au contraire.

Fulmer 30/12/2014 15:23

Tant de suavité ne nuit pas à la santé, au contraire.

Durocher 30/12/2014 14:42

En terrain de connaissance avec les nectars du jour à part Pisan.Je n'aurais pas osé dégoupiller le château Jaune que je connais bien;après tout jeune c'est sympa aussi surtout dans ce genre de millésime.Je ne crois pas beaucoup à 2012 sur St Estèphe mais nous aurons peut être de bonnes surprises.
Pas hyper fan de cabernet franc,là on s'incline devant le beau résultat de ce 2006 et comme vous le dites,on pense à Mr Caslot.
Bernard.