Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux fous !

Buveur, mangeur, cuisineur, voyageur, randonneur, jardineur, peinturlureur, champignonneur, pêcheur. À mes heures ... 

Je partage ici mes coups de cœur et mes découvertes avec d'autres Fous de vin que j'invite à répondre à mon petit questionnaire. 

Prenez contact.

Alain Fourgeot. 

Publié par Alain Fourgeot

Quand on titille notre appareil papillaire avec les vins des BerryCuriens ...

BOURGES. Un temps de m... ! Pas de bol ! La rituelle présentation du nouveau millésime des moines BerryCuriens aurait mérité un autre sort. Le magnifique cadre art-déco du théâtre des jardins des Près-Fichaux est pourtant idyllique, printanier, fleuri... Mais là, barnum de fortune obligatoire. Pas question de rester dehors, sous peine de mettre un peu trop d'eau dans son vin. Et c'eût été dommage... Les 2013 ? Un gris au nez bien marqué par le fruit, sur des « notes de grenadine » - c'est une citation - de pêche et d'abricot, gourmand et plein de fraîcheur; un quincy Loge des vignes vif et minéral, très bourgeon de cassis; une cuvée Amour aromatique, plus ronde, gastronomique. Et un reuilly rouge 2012 "pinotant", sur une gamme de fruits rouges et noirs... Pendant que nous sirotions, Jean-Michel Sorbe, le sain-père des enfroqués, rappela que Brillat-Savarin avait, il y a longtemps, donné ses définitions de la soif. Des soifs, plutôt ! La latente, l'adurante, la factice... Et si ce brave Anthelme pensait déjà que seule l'eau apaisait véritablement la soif il recommandait, pour cette raison, de n'en boire qu'en petites quantités... Pour le reste, il écrivait aussi : « Quand on apaise une soif de haut degré ou qu'à une soif modérée on oppose une boisson délicieuse, tout l'appareil papillaire est en titillation, depuis la pointe de la langue jusque dans les profondeurs de l'estomac.» Qui donc pourrait nous reprocher de titiller sec notre appareil papillaire, hein ? Sûrement pas ces moines...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article